Salon du véhicule électrique de Montréal accueille près de 32 000 visiteurs; Luc Saumure confirme qu’il y aura une édition 2025

La 7e édition du Salon du véhicule électrique de Montréal (SVÉM) a attiré 31 618 visiteurs, nous apprennent les organisateurs de cet événement qui était présenté du 19 au 21 avril au Stade olympique.

En 2022, le SVÉM avait attiré une foule record de 43 328 visiteurs, alors que l’année dernière l’assistance se chiffrait à 32 387 visiteurs. « En 2022, le litre d’essence avait dépassé les 2 $ et on revenait d’une pandémie. Les gens n’avaient pas pu sortir pendant deux ans. Alors, ils sont venus au salon en très grand nombre », rappelle Luc Saumure, copromoteur du salon.

banners

Ce dernier, que nous avons rencontré le jour de l’ouverture du salon, ne s’attendait pas à revivre « la folie de 2022 ». Il s’attendait plutôt à une assistance proche de celle de 2023. « Le pétrole qui a augmenté et l’annonce de la fin des incitatifs à l’achat, ça devrait inciter les gens à venir », disait-il.

Un salon réorganisé en deux mois seulement

Contrairement à l’année dernière, le SVÉM 2024 n’a pas présenté sur l’aire de jeu dans l’enceinte du Stade. Les exposants étaient répartis dans les halls est et ouest, et sur la mezzanine voisine, alors que les essais routiers étaient coordonnés à partir de l’esplanade du Stade.

« Le 6 février, on a appris qu’on avait deux mois et demi pour réorganiser le salon », raconte M. Saumure. Avant le 6, on devait encore être sur l’aire de jeu et tous les espaces étaient réservés. On n’avait plus qu’à produire l’événement. Mais là, on avait deux mois et demi pour tout refaire ! S’il y a quelque chose dont on peut être fier, c’est d’avoir réussi malgré tout à faire quelque chose qui a de l’allure », expliquait-il fièrement.

Cette exposition a néanmoins permis aux visiteurs de découvrir les produits et services de plus de 80 exposants dont, notamment, les véhicules électrifiés de 23 marques différentes. Plus de 2 000 essais routiers extérieurs ont aussi été réalisés avec 80 véhicules mis à la disposition des visiteurs, sans oublier les quelque 3 000 essais de plus petits véhicules électriques (motos, vélos, trottinettes, etc.) qui se faisaient sur une piste intérieure.

L’aménagement du SVÉM a dû être réorganisé à partir du mois de février en utilisant les halls est et ouest, et la mezzanine voisine pour les exposants de véhicules, de produits et de services.

Le salon de la mobilité électrique

Car le SVÉM ne présente pas uniquement des véhicules de promenade. « On a aussi des vélos, des motos, des scooters et des trottinettes électriques. On a aussi les bornes de recharge, les électriciens, les pièces, les pneus, bref, on a tout l’environnement des VÉ et de la mobilité électrique. Notre événement est donc différent du Salon international de l’auto de Montréal (SIAM), mais à la base, l’automobile représente quand même 50 % de notre business. Et plus les années passent, plus ça se ressemble. Est-ce qu’il va toujours y avoir de la place pour les deux salons ? Ça, c’est la grande question », admet le promoteur.

Le SVÉM serait d’ailleurs « un des très rares salons qui est en nette progression année après année », affirme M. Saumure. Il faut reconnaître que ce salon a beaucoup changé. « En 2017, quand on a commencé, on avait un salon de 30 000 pi ca et quatre VÉ exposés : la Smart, la Nissan Leaf, la Tesla, la Mitsubishi i-MiEV. Et on n’avait peut-être même pas une dizaine de modèles aux essais routiers. » L’édition 2024 occupait 204 000 pi ca et présentait 69 modèles de 23 marques, sans compter les 80 véhicules servant aux essais routiers sur l’esplanade.

Alors, lorsqu’on demande à M. Saumure s’il pourrait éventuellement y avoir un rapprochement entre le SIAM et le SVÉM, il répond qu’il n’y a rien de prévu en ce moment, mais qu’il n’y a rien d’impossible non plus.

Le SVÉM 2025 déjà en chantier

Entre-temps, la 8e édition de ce salon est déjà en chantier, nous confirme Luc Saumure. Il ne reste plus qu’à savoir où elle sera présentée.

Trois emplacements seraient envisagés, selon le promoteur, à commencer par les mêmes installations qui servent au SIAM. « On pourrait aller au Palais des congrès, mais uniquement en 2025, pas en 2026 ni en 2027. Donc, ça n’assure pas la pérennité de l’événement », reconnaît M. Saumure.

Son équipe négocie également avec le ministère du Tourisme pour tenter de réouvrir le hall Concordia de la Place Bonaventure, là où le SVÉM a été présenté à ses débuts, de 2017 à 2019. « À Montréal, il ne reste que le Palais des congrès, ce qui n’est pas suffisant pour tous les événements. Pour les promoteurs, ça devient un gros problème », estime-t-il.

Et puis, il y aurait un troisième emplacement. « Je ne peux pas encore l’identifier, parce que l’entente n’est pas signée. Mais je peux vous dire que c’est à Montréal et qu’il y a des stations de métro à proximité », a dit candidement M. Saumure, en ajoutant : « Dans les prochaines semaines, les prochains mois, il faudra qu’on ait choisi l’endroit où on le fait. Anyway, il y aura effectivement un SVÉM l’an prochain. »

Photos : Luc Gagné

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Retour en haut
banners