Mélissa Désormeaux-Poulin: L’atout tout naturel de Kia

Mélissa Désormeaux-Poulin:  L’atout tout naturel de Kia

En septembre dernier, Mélissa Désormeaux-Poulin est devenue la première porte-parole choisie expressément par Kia Canada pour s’adresser aux Québécois.

Une première pour le constructeur sud-coréen mais une stratégie déjà populaire chez nous. En ce moment même, une pléiade d’autres personnalités moussent les intérêts d’une marque automobile. Pensons à Mariloup Wolfe (Chevrolet), Guillaume Lemay-Thivierge (Hyundai), Antoine Bertrand (Chrysler), Maripier Morin (Buick), Dan Bigras (RAM) et Jérémy Demay (HGrégoire).

Trader

Dans un passé plus ou moins lointain, des vedettes comme Martin Matte (Honda), Véronique Cloutier (Suzuki) et André-Philippe Gagnon (GM) ont fait en sorte que les téléspectateurs se sont délectés de commerciaux-télé au lieu de les zapper sans pitié.

 

Avec sa « grande amie » Mariloup Wolfe, elle-même porte-parole de Chevrolet et réalisatrice de la télésérie Ruptures. Crédit: Karine Paradis

Au nom de la spécificité

Dans le cas de Mélissa, la bonne idée est venue de Michael Kopke, le directeur du marketing de Kia Canada. Il a beau travailler au siège social de Mississauga, en Ontario, il n’ignore pas que les consommateurs de la Belle Province apprécient recevoir un traitement qui respecte leur spécificité identitaire.

« C’est mon agent Marie-Claude Goodwin qui m’a appelé pour me dire que Kia avait un intérêt », a expliqué la comédienne à AutoMédia durant l’avant-première du Seltos, le nouvel utilitaire compact.

Les discussions et négociations se sont étalées sur six mois. Kia nous dit que Mélissa a fait partie d’un trio de finalistes avant de décrocher le contrat. D’une durée d’un an. Le temps que les deux parties s’apprivoisent davantage.

L’actrice a elle aussi mûri la proposition avant de l’accepter. « Je n’ai jamais représenté un produit avant ça. Oui, j’ai fait des pubs (la première ayant été les céréales Magic Crunch quand elle avait 6 ans), mais comme porte-parole, c’est complètement une autre affaire. Alors, j’ai voulu la connaître, cette marque-là, avant de dire oui. J’ai fait mes recherches. Je suis allé chez des concessionnaires. J’ai essayé des voitures. »

 

Mélissa a eu le bonheur de jouer dans le film Incendies (2010) réalisé par Denis Villeneuve et qui s’est ensuite frayé un chemin jusqu’à la cérémonie des Oscars.

De bons conseillers

Et Mélissa a jasé avec Mariloup, « vraiment l’une de mes grandes amies », et avec Guillaume, « avec qui j’ai déjà joué ».  « Je ne leur ai pas vraiment demandé si je devais dire oui ou non. J’ai voulu savoir l’implication que pareil engagement demandait. Ça change quoi dans ta vie ? Aimes-tu aller tourner pour ça ? Et j’ai compris que c’était très positif pour eux. »

Ce sont toutefois les 63 concessionnaires Kia du Québec qui ont eu le dernier mot, confie Michael Kopke : « Selon eux, Mélissa plait à tout le monde. Même aux yeux des autres femmes qui ne la perçoivent pas comme une menace puisqu’elle est elle-même en couple et mère de famille. »

Depuis ses 15 ans, la comédienne est en effet la fidèle compagne de Jonathan Pilotte, un hockeyeur qui a notamment joué deux saisons avec les Olympiques de Hull, et la maman de Léa et Florence. Son chum n’a pas hésité : « Il m’a dit mais voyons ! pourquoi on dirait non à ca ! », rappelle sa blonde en riant.

D’ailleurs, quand la paire a visité une concession Kia, Jonathan est « tombé amoureux de la Stinger et il en a acheté une », raconte Michael. Mélissa, elle, roule en Sportage. « J’aime le fait que les Kia soient accessibles tout en étant de qualité », dit-elle. 

 

Mélissa a incarné Ariane Beaumont, avocate spécialisée en droit de la famille dans la télésérie Ruptures.

Pour elle-même

L’artiste de 38 ans a l’habitude des rôles : Estelle dans le film Le trip à trois, Jeanne Marwan dans Incendies de Denis Villeneuve, Ariane Beaumont dans Ruptures (réalisée par son amie Mariloup), Carla Moreli dans Mensonges et Chloé dans la nouvelle série Épidémie. Mais à titre de première porte-parole de Kia Canada, « j’ai compris qu’ils ne veulent pas un personnage. Ils me veulent, moi, pour parler de leurs voitures. »

D’après M. Kopke, le choix de Mélissa n’a pas tardé à rapporter des dividendes suite aux campagnes publicitaires créées par l’agence Innocean Worlwide immédiatement après son embauche : « Nos études démontrent que la visibilité de la marque a déjà grimpé dans les foyers québécois grâce à la présence de Mélissa. » 

Peut-on imaginer dès lors que d’autres compagnies iront cogner à la porte de la nouvelle égérie ? Cette porte, justement, la principale intéressée la garde entrouverte : « Pour l’instant, je suis vraiment heureuse comme ça. Je ne pense pas qu’il y en aura d’autres mais, dans le fond, je ne le sais pas. Je ne pensais jamais devenir porte-parole d’une voiture ! Chose certaine, je le vois comme quelque chose qui me donne la liberté. La liberté de dire non à d’autres choses. » 

 

Photo d’ouverture – Crédit: Luc Gagné

Aux côtés du nouveau Seltos, Mélissa en compagnie de deux dirigeants de Kia Canada, soit Michael Kopke, directeur du marketing, et Elias El-Achhab, vice-président et chef de l’exploitation.

 

 

Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

<