L’odeur des véhicules serait-elle cancérigène?

 

Des niveaux inacceptables par les autorités californiennes

Le benzène se trouve notamment dans le caoutchouc et les colorants, quant au le formaldéhyde, il est utilisé dans les tapis et les peintures. L’étude révèle que ces deux substances cancérogènes utilisées dans la fabrication automobile atteignent des niveaux inacceptables par les autorités californiennes lorsque les gens y sont exposés régulièrement lors de trajets de plus de 20 minutes. « Ces produits chimiques sont très volatils et se déplacent facilement dans l’air que l’on respire », mentionne le toxicologue environnemental David Volz.

Les chercheurs estiment qu’une grande fraction de la population présente un risque élevé (supérieur à 1 sur 10) de dépasser les seuils de risque de cancer pour le benzène et le formaldéhyde lors de leurs déplacements quotidiens, particulièrement dans les zones avoisinantes de San Francisco et de Los Angeles. Des secteurs reconnus par leurs embouteillages majeurs. 

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page