Les rappels négligés

Les rappels négligés

Je reprends ici les propos de l’éditorial de Richard Lachance, président et chef de la direction de CAA-Québec qui, dans le dernier magazine Touring, commentait la nouvelle que plus de 47 millions de véhicules frappés par un rappel circuleraient aux États-Unis sans avoir fait l’objet des réparations nécessaires. En respectant les proportions, ça équivaut à 1 véhicule sur 5,4 pour la province de Québec.

Alors, pourquoi ne pas profiter de cette information pour être proactif envers votre clientèle ?

 

Ça vaut la peine

Je peux penser à au moins deux bonnes raisons pour agir ainsi. D’abord, au nom de la sécurité de vos clients. Disons le, il y a quelques-uns de ces rappels qui sont tout de même assez sérieux pour pouvoir inquiéter la sécurité des passagers. Sans être trop alarmiste, il faut quand même y voir et effectuer les réparations recommandées au plus vite.

La deuxième raison est tout bonnement lucrative. En effet, les rappels sont une bonne excuse pour occuper les plages horaires un peu plus tranquilles de votre atelier de service. Ce département n’étant pas toujours facile à rentabiliser à son plein potentiel, les rappels font partie de la solution.

Vous êtes la personne la mieux placer pour nouer un contact direct avec la clientèle visée. Vous avez toutes les informations et tous les outils pour la rejoindre. Il suffit du numéro de série du véhicule pour connaître les rappels qui s’y rattachent et ce même numéro de série est relié à votre banque de clients. Rien de plus facile ensuite que d’établir le lien et expliquer vous-même la situation à votre client qui n’a peut-être pas fait attention à l’avis de rappel du manufacturier envoyé par la poste ou courriel. Ce client vous en sera très reconnaissant.

 

Aller un peu plus loin

Oui, il se peut fort bien qu’il se soit déjà débarrassé du véhicule concerné. Si c’est le cas, faites un pas de plus en lui demandant les coordonnées du nouvel acquéreur, surtout s’il s’agit d’un particulier. Ce dernier n’est peut-être pas au courant qu’il y a un rappel sur son véhicule (c’est d’ailleurs à cause de ce genre de situation que plusieurs rappels n’ont jamais le suivi adéquat).

Si vous accomplissez ce pas supplémentaire, il y a des grosses chances que vous gagnerez un nouveau client trop heureux de l’attention que vous aurez manifesté envers sa sécurité.

Bonnes ventes et bon été !

Catégories: Daniel Lafrance

À propos de l'auteur

Daniel Lafrance

Depuis plus de 30 ans déjà que je sillonne le monde de l’automobile, au début chez les concessionnaires comme vendeur, directeur commercial et directeur des ventes. Un bon moyen de comprendre le milieu. Ce qui m'a amené à l’édition c’est le travail d’organisateur et de coordonnateur dans le domaine de l’automobile. Je ne suis pas vraiment un maniaque d’autos, j'ai plus tôt un faible pour les camions et les VUS, tout ce qui peux tirer, pousser et travailler fort, ce qui me fascine c’est de voir ces superbes mécaniques à l’œuvre. Je travail surtout dans ce milieu pour rencontrer les gens qui façonnent ce monde et le rend aussi effervescent et surprenant c’est ce qui me passionne. Cofondateur d'AutoMédia.

écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas dévoilée
Les champs requis sont indiqué*