ESSAI BMW i8: La déchirante tentation

Mais la i8 ne pouvait emprunter cette avenue archi connue. Le moteur électrique, qui repose sous le long capot pointu, et le 3-cylindres positionné à l’arrière, se répondent à qui mieux mieux pour tantôt faire de la i8 une traction, une propulsion ou une motricité intégrale.

Totalement chargée (en trois heures avec une simple prise de 110V), la i8 peut parcourir environ 30 km en mode 100% électrique. Ce n’est pas terrible. Rapidement, on détecte le 3-cylindres qui débarque en renfort. Les ingénieurs se sont même arrangés pour viriliser son chant. Au moindre freinage, on recharge la batterie lithium-ion.

Les deux moteurs travaillent bien ensemble puisqu’ils gratifient la i8 d’un 0-100 km/h de 4,4 secondes. L’équivalent de la Mustang GT de tantôt – tiens, toi ! – mais moins défrisant que la version P100D de la Tesla S avec son super chrono de 2,5 secondes.

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page