Ventes de concessions automobiles : les frontières tombent !

 

Les intérêts des acheteurs

La plupart des acheteurs sont moins obsédés par le nouveau cycle d’un véhicule que dans le passé. « Plutôt, ils adorent la partie la moins « sexy » de votre entreprise, annonce Erin Kerrigan. Ils aiment en effet les véhicules d’occasion qui ont vu leur marché doubler ; ils aiment les opérations fixes, qui sont quasiment cinq fois et demi plus élevées dans le marché du gros. Étant donné que ces opérations progressent à un bon niveau de 5 %, même avec un plafonnement potentiel des ventes au Canada et aux États-Unis, les acheteurs se tournent vers votre industrie. »

Ils aiment en effet les véhicules d’occasion qui ont vu leur marché doubler ; ils aiment les opérations fixes, qui sont quasiment cinq fois et demi plus élevées dans le marché du gros.

Et comment passer sous silence le « financement incroyable » que ces acheteurs peuvent obtenir auprès des banques. « Le financement pour les acheteurs en ce moment est extrêmement attrayant, a dit Kerrigan. Il représente moins de 50 % de l’achalandage (goodwill), ce qui était inédit au Canada il y a une dizaine d’années. Lorsque votre chèque d’équité est plus petit, vous êtes disposé à payer plus, vous êtes excité d’être un investisseur et de respecter le prix d’un vendeur. »

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page