TOP 5: Les cinq plus gros groupes de concessionnaires du Québec

TOP 5: Les cinq plus gros groupes de concessionnaires du Québec

En date du mois de septembre 2017, voici les cinq plus gros groupes de concessionnaires du Québec. Notez que AutoMédia à utilisé les critères suivants pour évaluer chaque groupe de concessionnaires:

-Nous parlons d’un groupe dès que l’actionnaire majoritaire (le « dealer principal ») possède au moins 2 concessions.

-Ces concessions doivent se trouver au Québec.

Trader

Une concession = une adresse civique distincte. Ainsi, une concession peut bien être multibannières sous un même toit (Ford/Lincoln ou Honda/Acura ou Chevrolet/Buick/Cadillac/GMC), elle ne constitue dans les faits qu’une seule et même concession. Cela dit, le critère de l’adresse civique distincte pose problème dans une poignée de cas. Par exemple, Kia et FCA acceptent dans leurs rangs des « satellites », c.-à-d. des établissements qui peuvent offrir le service et/ou les ventes, mais dont les chiffres sont combinés avec ceux de la concession principale dont ils dépendent. Par ailleurs, chez Alfa Romeo et MINI, il est parfois difficile de savoir si on a affaire à une adresse séparée de l’établissement FCA et BMW.

-Nos classements tiennent uniquement compte des concessions de voitures neuves. Plusieurs groupes exploitent aussi des centres de véhicules d’occasion. Dans le cadre de ce reportage, nous en rapportons l’existence, mais ils n’entrent pas dans le classement du palmarès. Exemple : le Groupe HGrégoire est classé ici avec 7 concessions de voitures neuves, bien qu’il possède aussi 12 établissements (dont 2 en Floride) spécialisés dans le véhicule d’occasion.

VOIR LA LISTE DE TOUS LES GROUPES DE CONCESSIONNAIRES DU QUÉBEC, ICI… 




1. GROUPE GABRIEL (24 concessions) – TOUJOURS EN TÊTE

Aujourd’hui, comme en 2014, le groupe de la famille Azouz est celui qui possède le plus grand nombre de concessions de voitures neuves.

Si elle a pu demeurer en tête du classement malgré la montée fulgurante des ALBI le Géant et Le Prix du Gros, notamment, c’est d’abord parce que l’entreprise avait acquis dès le départ une forte longueur d’avance sur ses rivaux. Ensuite, elle s’applique à maintenir un certain équilibre. Elle a beau avoir retranché des concessions Ford/Lincoln et Mitsubishi de son portfolio montréalais, elle a ajouté deux Nissan (et deux centres d’occasion) et elle s’apprête à inaugurer Audi Anjou − durant le premier quart de 2018.

Le Groupe Gabriel a décliné notre demande visant à connaître le nombre d’unités neuves et d’occasion qu’il a vendues en 2016 et son chiffre d’affaires pour cette période.

 

2. GROUPE ALBI LE GÉANT (22 concessions) – ÉNORMES AMBITIONS

Le groupe de Denis Leclerc basé à Mascouche occupait le 4e rang de notre palmarès 2014 avec 12 concessions de véhicules neufs (et sans comptabiliser ses trois centres de véhicules d’occasion).

Cette année, ALBI le Géant s’installe fermement au 2e rang de notre classement, lui qui a vu le nombre de ses propriétés presque doubler.

Parmi les additions du tandem formé par Denis Leclerc et Louise Villeneuve, la vice-présidente principale, dans la couronne montréalaise, soulignons quatre Nissan (dont Vaudreuil et Joliette), un Kia (Saint- Eustache),deux Hyundai incluant une boutique Genesis (Laval et Châteauguay), un Honda et un Chrysler (Pointe-aux-Trembles), un GM (Laval) et le centre d’occasion PB de Laval, situé en bordure de l’autoroute 15. Le Groupe ALBI s’est cependant départi de deux concessions Chrysler (ainsi que de son centre de véhicules d’occasion à Berthierville).

Ce n’est un secret pour personne: Denis Leclerc vit pour l’automobile et les paris sont ouverts pour savoir quand son groupe accédera au premier rang du classement.

En 2016, le Groupe ALBI le Géant a déclaré à AutoMédia avoir vendu 38 087 véhicules (neufs, occasion, parcs et encan) et généré un chiffre d’affaires de 874 M $.

 

 

3. GROUPE BEAUCAGE (17 concessions) – LE PIED SUR L’ACCÉLÉRATEUR

Cette année encore, le Groupe Beaucage monte sur la 3e marche du podium des plus importants regroupements au Québec, avec présentement 17 concessions de voitures neuves (et trois centres de véhicules d’occasion).

En trois ans, l’entreprise de Sherbrooke − parmi les premières au Québec à pratiquer le «regroupisme», rappelons-le − a annexé sous la houlette de son PDG Daniel Beaucage trois nouveaux toits : deux Nissan (Saint- Hyacinthe et Victoriaville) ainsi que le «petit dernier » du mois d’avril, Hyundai Magog.

En 2016, le Groupe Beaucage a vendu 18 340 véhicules (neufs, occasion, parcs et encan) et généré un chiffre d’affaires de 487 $ millions.

 

 

4. GROUPE LE PRIX DU GROS (16 concessions) – TOUJOURS PLUS… GROS !

Ce groupe basé à Trois-Rivières en est

à sa première apparition au Top 5 des conglomérats automobiles québécois, lui qui l’a manqué de peu lors de notre palmarès 2014 avec alors une 6e position.

Cette belle remontée jusqu’au 4e rang, l’entreprise fondée par Denis Dusablon (épaulé aujourd’hui par son fils Benoit) la doit à l’ajout de 8 établissements: un Kia et un Hyundai (Sorel-Tracy) un Nissan (Thetford Mines), un Mazda (Victoriaville) et deux Chevrolet (La Tuque et Laurier-Station). Le groupe a également ajouté un centre de véhicules d’occasion à Shawinigan, son 3e avec ceux de Québec et de Trois-Rivières. La famille Dusablon a aussi fait une incursion dans le luxe avec Volvo Trois-Rivières.

Et il faudra bientôt ajouter à ce grand total le Kia en construction à Laurier-Station et dont l’ouverture est prévue pour janvier 2018.

En 2016, le Groupe Le Prix du Gros a vendu 17 228 véhicules (neufs, occasion, parcs et encan) et généré un chiffre d’affaires de 475 M $.

 

5. GROUPE PARK AVENUE (12 concessions) – ORIENTATION LUXE

Devant les acquisitions − à coup de 8 ou10 nouvelles adresses − par les grands groupes concurrents au cours des trois dernières années, le Groupe Park Avenue est le seul de notre cohorte à avoir réduit le nombre de ses établissements, passant de 15 à 12 adresses (nous ne comptons pas la concession BMW de Vancouver, où la participation du groupe québécois est minoritaire).

Ce recul est l’aboutissement d’une réorientation du consortium vers les marques de luxe. Ainsi, depuis notre enquête 2014, Park Avenue s’est départie de tous ses établissements Nissan (y compris l’Infiniti de Boucherville). «Nissan voulait qu’on consolide le marché de la Rive-Sud − comme Gabriel à Montréal et ALBI sur la Rive-Nord −, mais ça ne concordait pas avec notre modèle d’affaires», a expliqué le PDG Norman E. Hébert à AutoMédia.

L’entreprise multigénérationnelle a également vendu ses parts dans le seul concessionnaire Rolls-Royce du Québec (Gad Bitton reste seul aux commandes). En contrepartie, elle a mis la main sur trois grandes pointures allemandes : BMW Sherbrooke, Mercedes-Benz Silver Star à Montréal et, très récemment, Mercedes-Benz de Québec, pendant plus de 50 ans l’orgueil de Maurice Parent (Chatel Automobiles).

En 2016, le Groupe Park Avenue a vendu 16 256 véhicules (neufs, occasion, parcs et encan) et généré un chiffre d’affaires de 762 M $

VOIR LA LISTE DE TOUS LES GROUPES DE CONCESSIONNAIRES DU QUÉBEC, ICI… 

Catégories: Industrie

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

<