Reportage: On cherche une concession !

Le courtier immobilier Joseph Harrel, de l’agence internationale Sunbelt, estime que tout dépend de l’emplacement. «Les concessions situées en région sont généralement plus accessibles», dit-il. La marque du commerce et qui sont les autres joueurs intéressés par la transaction figurent également parmi les facteurs à considérer.  «Il  y a huit ans, je me souviens de deux partenaires qui s’étaient portés acquéreurs d’une petite concession Kia dans l’île de Montréal. Un groupe avait été approché, mais ne voulait pas du commerce. Cinq ans plus tard, les deux acheteurs ont revendu la concession avec un très bon profit au groupe qui au départ n’en voulait pas», relate M. Harrel.

 

Et une concession de véhicules d’occasion?

Le couple Fontaine-Tremblay dit avoir fait analyser cette option. «Nous avons fait affaire avec un agent immobilier de la région de Québec pendant deux ans, mais sans succès», indique Jérôme Fontaine.  À l’Association des marchands de véhicules d’occasion du Québec (AMVOQ), on nous signale que les marchands bien établis ont généralement l’habitude de conserver leur commerce en famille.

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page