René Di Fruscia, le pionnier de Subaru

René Di Fruscia et Richard Fabien, photographiés en 2001 à bord du paquebot Grand Princess, lors d’un voyage organisé par Subaru Canada. « C’était extraordinaire », se rappelle Richard.

Les Subaru devenant plus populaires, il ouvre une concession à Joliette et achète celle de Longueuil. Il fonde même une concession Hyundai à Joliette. Puis, une décision administrative le force à fermer sa concession montréalaise en 2011. 

Vue aérienne montrant la concession Subaru Auto Centre autour de 2010.

Quelques mois après, il se relance dans l’aventure avec son fils Albert en reprenant Subaru Laval. Située en bordure de l’autoroute 440, l’entreprise prospère, tant et si bien qu’en 2015 René reçoit une offre d’achat alléchante. « C’était très intéressant, mais l’offre venait de l’extérieur du Québec. Je ne crois pas aux entreprises qui font affaire chez nous et payent leurs impôts ailleurs. J’étais prêt pour la retraite, mais je voulais vendre à un Québécois. » À son grand bonheur, Louis Grenier se présente et prend la relève. 

Partagez l'article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page