Les ventes chez les concessionnaires du Québec – premier trimestre de 2019

Les ventes chez les concessionnaires du Québec – premier trimestre de 2019

Règle générale, les ventes de véhicules neufs ont subi un ralentissement au cours du premier trimestre de 2019. Toutefois, les ventes de véhicules d’occasion ont quant à elles connu une augmentation durant la même période. Une tendance confirmée par plusieurs dirigeants de concessions ou de groupes rencontrés par AutoMédia. 

 

 

Sirius: Application

« Les ventes de véhicules électriques vont bien. Cependant, ils arrivent au compte-gouttes, ce qui nous empêche d’en vendre plus. » – Charles-André Bilodeau, président du Groupe Krono et de Ford St-Basile

Pierre Rhéaume, copropriétaire de Mazda Chatel, à Québec, et Jacques Olivier Jr, président du Groupe Olivier, avancent qu’il y a une légère baisse dans les ventes de véhicules neufs, comme à peu près partout au Québec, incluant presque tous les manufacturiers, semble-t-il. Mais la hausse dans les ventes de véhicules d’occasion est assez significative.

« À mon avis, la température y est pour quelque chose, affirme Charles-André Bilodeau, président du Groupe Krono et de Ford St-Basile. Cela dit, les ventes de véhicules électriques vont bien. Cependant, ils arrivent au compte-gouttes, ce qui nous empêche d’en vendre plus. »

Carrières Auto

« Nous avons connu une baisse d’environ 15 % de nos ventes de véhicules neufs en ce début d’année 2019 par rapport à 2018, répond quant à lui Mathieu Laplante, président de Laplante Auto Groupe. Pour les véhicules usagés, les ventes se maintiennent ! »

Concernant les ventes du premier trimestre, le Groupe Park Avenue n’a pas voulu dire si elles étaient en hausse ou en baisse, « pour des raisons de compétitivité ».

 

 

« Nous ressentons de plus en plus l’effet des équités négatives attribuables aux termes prolongés que les clients ont choisis dans les dernières années. » – Jacques Olivier Jr, président du Groupe Olivier

Température, équités négatives et véhicules électriques

Devant ce phénomène, les explications varient.

« Je crois que les ventes de véhicules neufs vont maintenir un niveau un peu inférieur à l’année dernière [environ -5 %], analyse M. Olivier. Nous ressentons de plus en plus l’effet des équités négatives attribuables aux termes prolongés que les clients ont choisis dans les dernières années. Pour ce qui est des ventes de véhicules d’occasion, elles vont continuer à progresser chez les concessionnaires, car il y a de plus en plus d’accent mis sur ce département par les organisations. »

« Je ne crois pas que nous battrons des records de ventes en 2019, mais nous devrions reprendre une bonne partie du retard du début d’année quand la température sera de la partie et quand nous recevrons nos commandes de véhicules électriques. Nos clients commerciaux, spécialement les entrepreneurs, ressentent les effets de la pénurie de main-d’œuvre et du printemps très froid, ce qui se répercute aussi sur nos ventes », avance M. Bilodeau.

 

« Les ventes de mai sont encourageantes et notre achalandage augmente de jour en jour. » – Mathieu Laplante, président de Laplante Auto Groupe.

Rhéaume demeure quant à lui prudent. « Je suis surpris de ces tendances du marché dans ce contexte économique qui est pourtant favorable − taux d’intérêt encore relativement bas et chômage à son plus bas niveau au Québec −, alors pourquoi une recrudescence de l’usagé versus le neuf ? C’est la raison pour laquelle j’hésite à me prononcer à propos des huit derniers mois de l’année. »

En ce qui concerne les prochains mois, M. Laplante demeure positif. « Nous avons connu un hiver très rude et les ventes ont été difficiles. Nous avons par contre très bon espoir de rattraper le retard. Nous sentons présentement un vent de changement dans nos salles de montre. Les ventes de mai sont encourageantes et notre achalandage augmente de jour en jour. »

Cependant, Norman John Hébert, vice-président et chef de l’expérience client chez Groupe Park Avenue, estime qu’il y aura un certain ralentissement. « Nous croyons que les ventes pour la deuxième moitié de 2019 vont demeurer un peu en dessous des ventes de 2018, probablement même jusqu’à la première moitié de 2020. Les ventes de VUS vont continuer à dominer les ventes de berlines. La demande pour les véhicules hybrides rechargeables et les véhicules tout électriques va continuer à augmenter au cours de 2019 et certainement en 2020. L’offre de véhicules électriques et hybrides rechargeables demeurera relativement restreinte pour les 12 à 24 prochains mois », affirme-t-il.

 

Ventes de janvier à mai 2019

Consultez toutes les ventes de véhicules neufs au Québec ici. 

Catégories: Industrie, Statistiques

À propos de l'auteur

Paul-Robert Raymond

Actuellement journaliste pupitreur à temps plein au quotidien Le Soleil à Québec, Paul-Robert Raymond collabore également dans les pages Auto et rédige également des textes sur l’aviation dans le même journal. Il a fondé le Magazine AutoLogique dans les années 1990, dans la foulée de l’émergence d’Internet.

écrire un commentaire

<