Hyundai Canada et ses concessionnaires feront recycler les batteries par Recyclage Lithion

Hyundai Canada et la société québécoise Recyclage Lithion ont annoncé aujourd’hui avoir conclu un accord pour la récupération et le recyclage des batteries au lithium-ion (Li-ion) des véhicules électrifiés du constructeur coréen. 

Cette annonce faite conjointement vise à accroître « la durabilité écologique du cycle de production » de ces véhicules, peut-on lire dans un communiqué. 

« Le développement des véhicules électriques est l’une de nos priorités depuis de nombreuses années. Hyundai est devenue aujourd’hui le plus important distributeur de véhicules électriques grand public au Canada, et nous en sommes très fiers », affirme Michel Poirier, directeur de l’expérience client et du service après-vente chez Hyundai Auto Canada. « Par conséquent, nous devons être proactifs et développer un modèle d’élimination durable de ces batteries en fin de vie. » 

Programme national; concessionnaires impliqués

« C’est un programme national », nous a confirmé Jean-François Taylor, le superviseur des relations publiques de Hyundai Auto Canada, lors d’un entretien téléphonique.

Le constructeur espère ainsi recycler la majorité des batteries en fin de vie provenant de ses véhicules électrifiés : des véhicules hybrides ordinaires et branchables, et 100 % électriques.

« Les concessionnaires seront impliqués dans la mesure où ils devront s’assurer que les batteries qu’ils enverront chez Recyclage Lithion auront été manipulées et préparées selon les règles gouvernementales en vigueur pour le transport des batteries », nous a expliqué M. Taylor. 

Deux nouveautés électrifiées de Hyundai : l’Ioniq 5 électrique (en haut) et le Tucson 2022, le modèle le plus populaire de la marque dans le monde qui sera offert au Canada pour la première fois avec une motorisation hybride ordinaire ou branchable, au choix. (Photo : Hyundai)

En vigueur dès aujourd’hui, cette entente vise clairement à préparer le terrain pour le constructeur, qui entrevoit une hausse rapide de ses ventes de véhicules électrifiés. Elle sera engendrée par l’arrivée prochaine des Hyundai Ioniq 5, 6 et 7, trois VÉ, mais aussi par l’introduction de modèles populaires offerts, pour la première fois, avec une motorisation mixte comme, par exemple, le Tucson 2022 attendu en version hybride ordinaire en avril, mais aussi en version hybride branchable cet été. « Nous voulons être prêts », s’est exclamé M. Taylor.

Une première pour Recyclage Lithion

Pour Recyclage Lithion, il s’agit de la première entente de service conclue avec un constructeur automobile au Canada. « Nous discutons avec d’autres joueurs de l’industrie afin de fermer la boucle sur le cycle de vie des batteries et faire émerger l’industrie du recyclage au Québec », nous a confirmé Jean-Christophe Lambert, responsable développement des affaires de Recyclage Lithion, sans préciser le nom de ces joueurs naturellement.

Pour sa part, Benoît Couture, le président de l’entreprise, perçoit cette entente de service comme un moyen pour « valider une technologie à la fois économique et novatrice réduisant considérablement l’empreinte de carbone associée aux technologies existantes et à l’exploitation minière. » 

Benoît Couture, le président de Recyclage Lithion. (Photo : Luc Gagné)

« Ce type de partenariat montre la voie vers un modèle d’affaires collaboratif du futur afin de fermer le cycle de vie des matériaux et métaux critiques utilisés dans les batteries Li-ion, ce qui est requis afin de décarboniser nos transports », ajoute-t-il.

Procédé novateur très efficace

Le procédé développé par l’entreprise québécoise rend le recyclage de tous types de batteries Li-ion plus sécuritaire, indépendamment de leur chimie et de leur grosseur. 

En outre, il permet de récupérer jusqu’à 95 % des matériaux ayant une grande valeur, comme le lithium, le nickel et le graphite, et ce avec un plus haut niveau de pureté que les procédés de recyclage traditionnels. Enfin, ce procédé réduit les émissions polluantes et les résidus. 

Le nickel, le graphite et le carbonate de lithium, trois matériaux importants qui entrent dans la fabrication des batteries Li-ion. (Photo : Luc Gagné)

« Plutôt que de développer un procédé qui redonne un peu de vie à des batteries vieilles de 10 ou 12 ans, notre procédé nous permet d’offrir aux fabricants de batteries les ingrédients stratégiques permettant d’en produire de nouvelles », nous a expliqué M. Couture, lors d’une visite à l’usine-pilote d’Anjou, dans la région de Montréal.

Actuellement, les dernières étapes de pilotage à l’échelle industrielle ont lieu dans cette usine de 10 000 pieds carrés, qui a une capacité annuelle de 200 t de batteries Li-ion. Recyclage Lithion prépare maintenant l’ouverture de sa première usine commerciale, en 2022. Elle aura une capacité d’au moins 2 000 tonnes. 

Partagez l'article

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page