Financement automobile : Pas si important selon un sondage FICO

Financement automobile : Pas si important selon un sondage FICO

En quête d’une nouvelle voiture, les Canadiens font leurs devoirs et se lancent dans une véritable enquête à la recherche du véhicule parfait au meilleur prix, mais qu’en est-il du financement automobile ?

La firme de logiciel analytique FICO vient tout juste de publier les résultats d’un premier sondage sur l’expérience du financement automobile. La recherche se penchait sur les habitudes d’achat de véhicules neufs et d’occasion et sur l’offre des multiples fournisseurs en produits financiers (banques, institutions financières, concessionnaires, etc.).

Ce tout premier sondage FICO a été conduit auprès de 2200 consommateurs adultes dans neuf pays incluant le Canada et les États-Unis. Il démontre que l’intérêt sur les options financières est loin d’être aussi développé que pour le véhicule.

Parmi les faits saillants du sondage :

8 Canadiens sur 10 (78%) entament leurs recherches de véhicules avant même d’avoir vérifié leurs options financières.

70% des acheteurs obtiennent leur financement directement à la concession.

4% des consommateurs font une demande de crédit en ligne alors que 23% planifient le faire lors de leur prochain achat.

Globalement, 60% des Canadiens considèrent une seule option financière avant de prendre leur décision.

« À titre de compagnie centrée sur l’expérience client, GM financement place le client au centre de toutes ses opérations. Les résultats de la recherche menée par FICO confirment que les prêteurs et leurs concessionnaires doivent être en symbiose tout au long du processus d’achat », a déclaré Bob Beatty, vice-président de l’Expérience client Amérique du Nord chez GM financement.

Il semble que le temps passé à l’approbation d’un prêt soit très important lors de l’achat d’un véhicule. Ainsi, 35% des répondants disent considérer une offre de prêt sur-le-champ s’ils peuvent éviter de transiger avec une banque ou diminuer la quantité de documents à remplir.

« Les Canadiens veulent expédier et simplifier le processus » renchérit Kevin Deveau, vice-président et directeur des opérations chez FICO. « Cet empressement peut entraîner une mauvaise compréhension des options ce qui pourrait conduire à un choix d’options ne répondant pas aux besoins du client. Les prêteurs doivent saisir l’opportunité d’être proactif, mieux informer leurs clients et ainsi rendre l’expérience client plus humaine ».

Autres résultats

32% des Canadiens n’ont pas initié le processus de financement, mais ont plutôt été contactés par un fournisseur.

Les bébés boumeurs préfèrent visiter leur concessionnaire alors que les milléniums consultent leur banque.

L’obtention d’un prêt auto semble simple aux yeux des consommateurs canadiens.

89% des répondants se disent satisfaits de leur expérience et considèrent qu’ils ont conclu une bonne ou une excellente affaire.

Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas dévoilée
Les champs requis sont indiqué*