DOSSIER VENTES 2022: LES VENTES PAR CONSTRUCTEURS

Il est bien difficile aujourd’hui de couronner un manufacturier comme meilleur vendeur 2022 dans la Belle Province. Selon les chiffres compilés par AutoMédia, c’est GM qui serait couronné meilleur vendeur de l’année 2022 au Québec avec 45 871 ventes. Il est toutefois important de noter que l’écart avec Toyota/Lexus se calcule à quelques véhicules près, ce dernier ayant écoulé un peu plus de 45 000 unités. Il faut aussi considérer la marge d’erreur. AutoMédia utilise diverses sources pour compiler les chiffres de ventes des fabricants automobiles du Québec et une légère variation est possible d’une source à l’autre. Par exemple, certaines sources vont inclure leurs ventes de véhicules de flotte, tandis que d’autres ne le font pas. 

 

banners

Ainsi, selon Toyota Canada, le fabricant japonais a terminé au premier rang au Québec pour les ventes au détail en 2022. Philippe Crowe, chargé des communications corporatives pour Toyota, souligne que la marque a aussi terminé première dans le segment des voitures compactes (Corolla), des VUS compacts (RAV4), des voitures intermédiaires (Camry et Prius) ainsi que des camionnettes compactes (Tacoma). 

 

Pour Philippe-André Bisson, directeur des communications pour GM Canada, 2022 s’est avérée une bonne année pour l’entreprise, qui a récemment annoncé des profits de presque 10 milliards USD. « Nous sommes très excités pour 2023, car même si le problème des micropuces ne sera pas réglé à 100 %, nous pensons pouvoir atteindre une certaine nouvelle normalité. Je m’explique : remplir les cours d’un vaste inventaire de véhicules comme par le passé, nous ne reverrons probablement plus ce scénario. C’est moins profitable pour les constructeurs et les concessionnaires. Par contre, à l’exception de certaines nouveautés, nous croyons que les délais d’attente seront dorénavant beaucoup plus raisonnables (lire quelques mois) », a expliqué M. Bisson à AutoMédia

 

Bien que tous les fabricants soient touchés par des problèmes de production, certains ont été affectés plus que d’autres. « Terminer l’année en dessous de 100 000 unités vendues au pays (90 000 au Canada en 2022), c’est une situation que nous n’avons pas vue depuis des lunes, indique Alexandre Roger, directeur général du Québec pour Honda Canada. Un des facteurs qui nous fait mal, c’est que chez Honda, on ne construit pas les véhicules indépendamment des options, comme c’est le cas chez d’autres constructeurs. Il nous faut toutes les pièces pour sortir un véhicule de l’usine. Normalement, Honda vend environ 150 000 unités par an au Canada. Pour 2023, on devrait au minimum atteindre 100 000 unités, idéalement 125 000. Cela dit, nos concessionnaires ont réussi à demeurer profitables. »

 

Le point de vue du concessionnaire

Jimmy Azouz, le vice-président du Groupe Gabriel, jongle avec 39 concessions, boutiques et satellites. Il explique que chaque fabricant traverse la situation actuelle d’une façon qui lui est propre.

 

TOYOTA : « On s’attend à une légère amélioration de nos inventaires. Mais le fabricant est tellement profitable dans sa position actuelle qu’il n’a pas beaucoup d’incitatifs à accélérer la production de ses véhicules. Mais pour un concessionnaire, quand tu es habitué à vendre 1 200 véhicules et que tout à coup, tu n’es pas capable d’en obtenir, ça devient moins facile d’être rentable. » 

« Le phénomène de rareté, souligne M. Azouz, nous oblige aussi à être un peu plus sélectifs envers nos clients. Certains d’entre eux viennent nous voir dans le but d’exporter ou de revendre le véhicule sur le marché de l’occasion, ce qui nuirait à nos fidèles clients. Nous avons donc le devoir de faire nos vérifications pour essayer d’être le plus juste possible envers notre clientèle habituelle. » 

 

HONDA : « Nous espérons vraiment voir une amélioration de sa production. Actuellement, nous sommes dans le noir. À un moment donné en 2022, nos ventes étaient en chute de 30 %. » 

 

MAZDA : « Chez mes concessionnaires de cette marque, la situation n’était pas beaucoup plus agréable. J’ai deux d’entre eux qui n’ont absolument rien reçu. Zéro. J’ai des directeurs qui conduisent des véhicules d’échange ou d’autres marques. » 

 

VOLKSWAGEN : « Quant à Volkswagen, certains modèles sont vraiment difficiles à avoir, comme la GTI, Golf R ou ID.4. Les listes d’attente sont encore très longues et le manufacturier a été obligé de nous demander d’arrêter de prendre des commandes. On a même vendu les démos de nos employés, chose que le constructeur demande de ne plus faire. »

 

AUDI : « C’est un peu mieux. Certains modèles nichés sont encore impossibles à obtenir, comme une RS6 ou le Q4 e-tron. Mais pour d’autres véhicules populaires, comme la A4 et le Q5, nous commençons tranquillement à avoir du stock. »  

 

PORSCHE : « Situation similaire à chez Audi. Des modèles comme le Cayenne ou la Panamera se commandent relativement bien, mais pour une 911, nous avons une liste d’attente de quatre ans ! Les modèles 911 Turbo et GT3 sont devenus des licornes. Et il n’y a rien qu’on puisse faire. »   

 

KIA : « Il faut donner du crédit à cette marque coréenne. Les véhicules de Kia sont tout simplement fantastiques. Leur gamme de VÉ est très appréciée et on voit un regain dans la production. On parle ici d’un constructeur qui a vraiment réussi à en faire plus pour ses concessionnaires.» 

 

HYUNDAI : « Hyundai est probablement le seul constructeur qui a vraiment réussi à traverser la COVID sans trop de mal. Au début de la pandémie, pendant que tout le monde ralentissait leur production, Hyundai continuait à rouler le pied au plancher. C’est certain qu’à force de tout vendre ce que nous avions, nous avons fini par ne plus avoir de véhicules. Il est également certain que nous n’avions pas toujours exactement le véhicule que le client souhaitait. Mais le président, Don Romano, et son équipe ont réussi à naviguer durant la tempête comme des champions. » 

 

« En conclusion, je pense qu’on peut se montrer optimiste pour 2023, en commençant par voir un peu plus de disponibilité. Est-ce que ce sera le parfait mix de véhicules ? Probablement pas. Il y a aussi l’augmentation des taux d’intérêt et du PDSF qui va continuer à faire grimper le paiement des véhicules, ce qui va refroidir l’ardeur de certains consommateurs. Enfin, je pense aussi que les constructeurs sont en limbo. Ils réagissent actuellement face aux changements, que l’on parle d’électrification ou du modèle d’affaires (boutiques, agences, etc.). Mais j’ai l’impression que d’ici 2025, une partie de l’industrie se sera stabilisée. »

 

 

Variation des chiffres

Chaque trimestre, AutoMédia compile les ventes de véhicules neufs à partir de diverses sources d’informations. Les chiffres de ventes présentés peuvent donc légèrement varier, étant donné que chaque source utilise ses propres critères de calcul, par exemple l’inclusion ou l’exclusion des ventes faites aux parcs automobiles. Les chiffres de ventes présentés le sont donc à titre indicatif seulement et AutoMédia ne peut garantir leur exactitude.

 

Tous les chiffres de ventes de véhicules neufs au Québec en 2022

DOSSIER DES VENTES 2022

 

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Retour en haut
banners