Des Peugeot chez nous en 2026 

Des Peugeot chez nous en 2026 

En juillet 2018, le groupe PSA (Peugeot Société Anonyme) a dévoilé quelques détails concernant le retour en Amérique du Nord qu’il caresse. Au passage, la société française avait identifié 15 états américains et 4 provinces canadiennes où celui-ci aurait lieu. Par: Daniel Rufiange. 

Concernant notre cour, on parle de la Colombie-Britannique, de l’Alberta, de l’Ontario, et du Québec, bien sûr. Ces quatre territoires sont responsables de 87 % des ventes de véhicules neufs au pays.

Sirius: Application

Lors de l’annonce de l’été dernier, on ne savait trop avec laquelle de ses cinq bannières l’entreprise souhaitait aller de l’avant. Le groupe PSA compte sur les marques Peugeot, Citroën Opel, DS et Vauxhall.

 

Des détails

Cette semaine, la compagnie a donné plus de détails et on a appris que c’est Peugeot elle-même qui allait livrer la bataille. La nouvelle a été confirmée par le chef de la direction du constructeur, Carlos Tavares.

Voici ce que ce dernier a déclaré récemment au magazine Autocar : « Nous avons décidé que c’est à Peugeot que devait revenir cet honneur. Ramener la marque qui a déjà gagné la course des 500 milles d’Indianapolis à trois reprises était la chose à faire. »

 

Modus operandi

Ce qui demeure incertain pour l’instant, c’est la façon dont va s’opérer ce retour en force du fabricant français. L’été dernier, l’idée de rendre accessibles ses modèles via la simple vente en ligne avait été avancée. On sait que certains produits Peugeot seront utilisés à l’intérieur de programme de partages de véhicules d’ici 2026, question de vérifier l’intérêt des consommateurs pour certains.

Carlos Tavares a été vague sur la question, mentionnant simplement que le retour de la compagnie allait se faire de manière créative… et frugale. Il semble évident que pour assurer sa rentabilité de ce côté-ci de l’Atlantique, la marque ne peut dépenser des milliards sans savoir quelle sera la réponse du public nord-américain.

La situation d’Alfa Romeo pourrait lui servir à la fois d’exemple et de leçon. D’exemple en ce sens où la marque italienne a pu profiter d’un réseau de distribution, mais de leçon dans l’optique où malgré tout, elle peine à se faire valoir.

Enfin, n’oublions pas le fait qu’il va couler beaucoup d’eau sous les ponts d’ici 2026. Bien des choses peuvent se produire ; annonces de partenariats, ententes commerciales entre différents pays, etc.

Si on vous fait part de cette nouvelle, c’est que le groupe PSA semble très sérieux à propos de ce retour en Amérique du Nord. Nous aurons l’occasion de suivre ce dossier intéressant au cours des prochains mois et des prochaines années.

 

Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas dévoilée
Les champs requis sont indiqué*