Véhicules d’occasion : le déluge s’en vient.

Véhicules d’occasion : le déluge s’en vient.

Le Canadian Black Book maintient sa projection : l’offre de véhicules d’occasion sera considérablement plus élevée dans les mois à venir.

Selon le CBB, plusieurs facteurs expliquent le maintien de cette projection. À commencer par les retours de bail retardés par la COVID-19. Avant même la pandémie, les échéances de baux de location devaient atteindre un volume record de plus de 400 000 unités au pays. « Avec les conséquences du confinement, notamment le ralentissement des ventes et le prolongement des baux, nous prévoyons une augmentation d’au moins 60% d’unités de plus dans la seconde partie de 2020 par rapport aux estimations pré COVID-19 », soutient l’équipe du CBB.

Cox Automotive

 

Une vague de véhicules de location

L’organisme pointe également les importantes difficultés des entreprises de location de voitures qui subissent des pertes de revenus faute de consommateurs. Le CBB rappelle que le 22 mai dernier, Hertz s’est placée sous la protection de ses créanciers en Amérique du Nord. L’entreprise prévoit vendre quelque 30 000 véhicules par mois pour satisfaire ses créanciers. 

CarFax

Juste aux États-Unis, la flotte de Hertz compte plus de 500 000 véhicules. Au Canada, ce chiffre n’a pas été divulgué. « Néanmoins, on sait qu’au pays plus de 200 000 véhicules sont vendus à des sociétés de location. Ces exploitants utilisent ces véhicules de 12 à 18 mois jusqu’à ce qu’ils reviennent sur le marché en tant que véhicules d’occasion. Si les entreprises de location, comme Hertz, retournent ces véhicules en grand nombre plus tôt que prévu, il s’exercera une pression à la baisse supplémentaire sur les prix des véhicules d’occasion au cours des six prochains mois », soulève l’équipe du CBB.

 

Réduction des ventes aux enchères

« La réduction spectaculaire des activités de vente aux enchères due à COVID-19 en mars, avril et mai se traduit également par le retour de plusieurs unités sur le marché. Elles seront éventuellement vendues, mais sur une plus longue période que prévu », peut-on lire dans le dernier communiqué du CBB. De plus, signale le CBB, les années 2020 et 2021 constituent, au Canada, de grandes années pour les échéances de baux. Ce qui laisse présager des valeurs en baisse.

 

Pas avant trois ans

Il y aura aussi les reprises de possession. Selon TransUnion, le taux de délinquance automobile est passé à 1,83% pour le premier trimestre 2020, une augmentation de près de 5% en comparaison avec le taux du premier trimestre de 2019. « Et ce taux sous-estime probablement l’ampleur de la situation », soutient l’équipe du CBB. Par conséquent, ces reprises de possession vont contribuer à la hausse de véhicules aux enchères et le marché secondaire. 

 

Conclusion

En résumé, souligne le CBB, tous ces facteurs, font en sorte que la situation dans le marché des véhicules d’occasion ne reviendra pas à la normale avant trois ans.

Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

<