Tuning – Moteur de persévérance : une 5e édition qui se termine en beauté

Tuning – Moteur de persévérance : une 5e édition qui se termine en beauté

Quand toute une communauté se retrousse les manches, de petits miracles se produisent. Le projet Tuning – Moteur de persévérance en est un bel exemple. Cette initiative, qui en était à sa 5e édition en 2017, a permis à 7 jeunes de l’école secondaire du Mont-Ste-Anne (ESMSA) de rester sur les bancs d’école en fabriquant un véhicule pendant l’année scolaire.

L’enrichissante expérience des jeunes Marianne Bacon, Émilie Plasse, William Simard, Dylan Duclos, Amilie Thomassin, Annabel Bérubé et Bryan Duclos s’est conclue le 7 juin lorsqu’ils ont présenté leur bolide à leurs pairs de l’ESMSA. Le pick-up Ford 1930 qu’ils ont transformé en Hot Rod inspiré des avions de combat des années 30-40, en a impressionné plus d’un. Le véhicule avait été préalablement exposé au Salon auto sport de Québec où il avait remporté la 1re place dans la catégorie « Altered Rod Pickup – avant 1935 ». L’équipe Tuning a également reçu la plus haute reconnaissance du Salon, soit le « Jack Awards – Choix du public », devant les 249 autres véhicules exposés. Cette petite cérémonie dans leur école se voulait donc le point final de leur aventure.

Cox Automotive

La persévérance scolaire
« De novembre 2016 à avril 2017, à raison d’une journée par semaine, les jeunes encadrés par leurs mentors ont travaillé avec détermination et conviction pour construire cet engin d’une autre époque. Ingéniosité, précision, persévérance et un peu de folie ont été nécessaires pour atteindre ce résultat exceptionnel! », explique Gabrielle Morin, agente de liaison au Carrefour jeunesse-emploi Charlevoix/Côte-de-Beaupré et coordonnatrice du projet Tuning – Moteur de persévérance.

Le point de départ (Crédit : Maxime Rioux)

CarFax

Mener à bien un tel projet nécessite tout un engagement de la part des mentors Christian Fortin, Christian Lajeunesse et Alain Tremblay. Il faut aussi du financement. Cet argent provient de la communauté et de partenaires qui croient en l’avenir de ces jeunes au destin incertain. Parmi la longue liste de partenaires, plusieurs sont issus du milieu de l’automobile, dont deux concessionnaires, soit Capitale Chrysler et Langlois Volkswagen. « Cette année, le projet a bénéficié d’une grande visibilité grâce aux émissions produites par la Télé d’ici et diffusées sur les ondes de MAtv, dans la grande région de Québec. L’aventure a ainsi été suivie par un large public à la télé, sur YouTube et sur la page Facebook https://www.facebook.com/tuningmoteurdeperseverance », souligne Gabrielle Morin.

Soutenir des causes locales
« En tant que concessionnaire, nous sommes souvent sollicités et il faut faire des choix. On ne peut malheureusement pas soutenir tout le monde. Mais cette cause nous touche vraiment, car elle est directement liée à notre domaine », rapporte Mathieu Laplante, PDG de Capitale Chrysler. Cette cause permet non seulement de contrer le décrochage scolaire auprès de jeunes, mais en plus, elle permet à des jeunes de se réaliser et de s’épanouir. Certains découvriront même un intérêt pour un métier de l’automobile. « Avec les difficultés que nous rencontrons à trouver de la main-d’œuvre, c’est une belle initiative qui permet à des jeunes d’explorer différentes facettes des métiers de l’automobile », ajoute Pierre Langlois, président de Langlois Volkswagen.

L’apport financier qui est fourni n’apporte pas de véritables retombées directes aux concessionnaires. Bien entendu, une certaine visibilité liée au projet en ressort, mais c’est surtout un sentiment du devoir accompli qui est constaté. « C’est une question d’être un bon citoyen corporatif et de soutenir notre région, de redonner localement », mentionne Pierre Langlois.

À l’année prochaine?
Le déploiement de la 6e édition du projet Tuning – Moteur de persévérance sera conditionnel à une majoration du financement recueilli pour le projet, afin de redonner une juste rétribution aux mentors, car depuis 5 ans, ces derniers investissent de leur temps sans compter, et ce, parfois au détriment de leur propre entreprise. Voilà donc l’enjeu principal pour la suite de ce projet inspirant. « Nous espérons de tout cœur qu’il y aura une suite à ce projet », indique Gabrielle Morin en terminant.
Crédit Photo : Maxime Rioux

 

Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

<