St-Raymond Toyota fête ses 50 ans

St-Raymond Toyota fête ses 50 ans

Au nombre des premières concessions Toyota ayant vu le jour au Québec, St-Raymond Toyota vient de célébrer son 50e anniversaire de fondation.

C’est en 1970 que Jean-Marie Plamondon a ouvert une concession Toyota, à Saint-Raymond, dans Portneuf. À l’époque, le commerce portait le nom de Futuroto. « Mon père était assez visionnaire. Malgré tout, ce n’était pas facile au début. Les acheteurs n’en avaient que pour les voitures américaines », se rappelle Claude Plamondon, devenu propriétaire de la concession en 1994.

Aujourd’hui, dit-il, la marque Toyoya fait très bonne figure. Les véhicules Toyota comptent parmi les plus fiables du marché, soutient le concessionnaire. D’une centaine de véhicules il y a 50 ans, la concession en vend bon an mal an plus de 800 (neufs et usagés).

Toyota Corolla 1971

Parmi les plus beaux souvenirs du commerçant qui a vu évoluer la concession depuis qu’il est âgé de 12 ans, arrive en tête de lice le déménagement de la concession sur la Côte Joyeuse, en 2005. « Cette relocalisation de la concession nous a permis d’ajouter d’autres produits, tel Carrxpert et Docteur Pare-Brise, à proximité du bâtiment afin de mieux servir notre clientèle », indique Claude Plamondon, un des rares concessionnaires occupant de la province. 

St-Raymond Toyota a cumulé plusieurs récompenses au cours des dernières années dans le cadre du programme Fierté du Président. Le concessionnaire Toyota s’est d’ailleurs hissé premier de sa catégorie au Canada pour son service après-vente en 2019.

St-Raymond Toyota

St-Raymond Toyota

 

Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

Claudine Hébert

Passionné de sports et de plein air, de tourisme d’affaires et tout ce qui touche l’univers des PME, Claudine Hébert a collaboré pour de nombreux médias, dont La Presse, Reuters, Ski Presse, Coup de Pouce et Bel ge. Actuellement, elle travaille régulièrement pour le Journal Les Affaires et les magazines Affaires Plus, Camping-Caravaning, Rando-Québec et Automédia.

écrire un commentaire

<