Six nouvelles marques qui arrivent au Québec en 2022

Rien n’est permanent, sauf le changement. VinFast, Imperium, Ineos, Rivian, Lucid et ELMS et d’autres nouvelles marques qui se pointent sur le marché canadien comptent le démontrer. Inconnues hier encore, elles tenteront chacune à leur façon de s’imposer dans un marché qui se relève péniblement du double écueil d’une pandémie et d’une pénurie de puces électroniques.

 

Le portrait de ces marques expose des modèles d’affaires variés et des entreprises qui, dans bien des cas, misent sur l’électrification pour se tailler une place dans un marché qu’on croyait réservé aux marques établies de longue date. Des portraits qui font apparaître de nouvelles occasions d’affaires et de nouveaux paradigmes.

 

ELMS

Origine : États-Unis. Marque créée en 2020.

1res livraisons au Canada : 2022.

Offre initiale : fourgons commerciaux de classe 1 et 3.

ELMS Urban Delivery 1

ELMS dit de ses véhicules qu’ils sont conçus pour la dernière étape du transport des marchandises vers leur destination finale. C’est ce qu’on appelle le « dernier kilomètre » ou, chez nos voisins étatsuniens, le « dernier mille », d’où le nom de l’entreprise : Electric Last Mile Solutions.

L’annonce faite en octobre par cette entreprise de Troy, au Michigan, sur son intention d’entrer sur le marché canadien n’a pas fait grand bruit. Compte tenu du fait qu’elle n’offrira pas de véhicules pour passagers destinés au grand public, c’est compréhensible. 

ELMS entend néanmoins faire une percée sur notre marché. Pour ce faire, elle a recruté David MacPhail pour diriger sa filiale canadienne, qui pourrait même avoir un siège social à Montréal (c’est à l’étude). Avant sa nomination, ce Montréalais bilingue a occupé différents postes de ventes et d’ingénierie au sein d’entreprises comme JR Automation, ATS Automation Tooling Systems, Staubli et CAE inc.

 

Urban Delivery de classe 1 et l’Urban Utility de classe 3

Le catalogue de cette jeune marque comporte actuellement deux fourgons : le petit Urban Delivery de classe 1 et l’Urban Utility de classe 3. Un troisième fourgon, plus gros encore, devrait s’ajouter à la gamme à moyen terme d’après des documents publiés pour les investisseurs. 

Entre-temps, les deux premiers modèles seront en vente au Canada dès 2022 : l’Urban Delivery au printemps et l’Urban Utility durant l’été. Les prix canadiens n’ont pas été annoncés. Par contre, on connaît le prix de l’Urban Utility aux États-Unis, soit 34 500 $ US. Pour ce modèle, le constructeur fait d’ailleurs miroiter un volume utile d’environ 170 pi2, qui serait 30 % supérieur à celui de ses deux rivaux directs (Ford Transit Connect et Ram ProMaster City), de même qu’un coût d’utilisation au kilomètre inférieur.

L’Urban Delivery est entré en production en septembre à Mishawaka, au Wisconsin, dans l’usine qui a produit les Hummer de première génération. L’Urban Utility y sera également assemblé à partir de la seconde moitié de 2022.

 

À la recherche de concessionnaires 

ELMS souhaite écouler 19 000 véhicules en 2022 dans les deux pays. « Pour l’instant, nous n’avons pas d’estimations précises pour le Canada. Nous fonctionnerons donc sur la base du premier arrivé premier servi », nous a expliqué Austin Stowe, un porte-parole de l’entreprise.

Le Québec et la Colombie-Britannique seront les deux premiers marchés ciblés par ELMS, qui s’attaquera ensuite à l’Ontario et, ensuite, aux autres provinces. Les véhicules seront vendus par des concessionnaires que l’entreprise s’affaire à recruter. « Nous en cherchons deux ou trois, affirme M. Stowe. Au moins un dans l’Ouest et un dans l’Est. » 

 

Imperium

Origine : Canada.

Marque créée: en 2020

1res livraisons au Canada : 2022

Gamme initiale : VUS, fourgon commercial et camionnette électriques

La camionnette Imperium Terra-E

Imperium Motor a le vent dans les voiles. C’est le moins qu’on puisse dire. Au moment d’écrire ces lignes, sa troisième concession québécoise, sur la Rive-Sud de Montréal, venait d’être attribuée au Groupe Duclos. Elle s’ajoutait à celle de Luc Beaudoin à Québec et à celle du Groupe Leclair à Laval. 

Les concessions québécoises formeront ainsi le réseau de vente initial d’Imperium au Canada, qui en aura cinq autres : en Ontario, en Nouvelle-Écosse, en Alberta et en Colombie-Britannique (deux provinces où les négociations avec les candidats seraient très avancées au moment de mettre sous presse). 

Imperium Motor a été créé en mars 2020 par DSG Global de Surrey, en Colombie-Britannique, pour importer et commercialiser un vaste éventail de véhicules électriques : des VBV, des véhicules pour passagers de grande diffusion, des véhicules commerciaux et même des bus urbains.

 

SEV ET5 et Fourgon TradePro

Jusqu’ici, cette marque s’est fait connaître par l’utilitaire compact SEV (qu’on appelait ET5 auparavant). Construit par Skywell, en Chine, ce VÉ affiche un prix à partir de 37 995 $ avec une batterie permettant de parcourir jusqu’à 410 km. Une version plus richement équipée dispose, par ailleurs, d’une batterie donnant 520 km d’autonomie. 

À leurs débuts, les concessionnaires canadiens offriront le SEV, de même qu’un fourgon commercial baptisé TradePro, deux véhicules fabriqués en Chine. Cet autre modèle qui suscite beaucoup d’intérêt a des dimensions comparables à celles d’un Mercedes-Benz Sprinter.

Imperium SEV

Le président d’Imperium Motor, Christian Dubois, entrevoit un volume de ventes gravitant autour de 2500 unités (SEV et TradePro combinés) pour la première année d’activité de l’entreprise. Il passerait à 4000 unités l’année suivante.

 

Camionnette Terra-E

Imperium ne compte pas en rester là. Comme on a pu le voir au Salon de Los Angeles, où la marque était présente en novembre, une camionnette à quatre portes appelée Terra-E pourrait faire son apparition chez ses concessionnaires l’année prochaine. Elle serait d’ailleurs partiellement assemblée en Amérique du Nord.

 

Plusieurs autres modèles en cours de route 

Lors de cet événement, Imperium a également présenté le multisegment Indi One et le coupé biplace à trois roues Sagitta, des créations californiennes provenant de deux jeunes entreprises, respectivement d’Independant Electric Vehicles et de California Mobility Works. Imperium évoque une commercialisation de ces nouveautés d’ici la fin de 2023. 

Selon M. Dubois, enfin, Skywell, le fabricant du SEV, travaille au développement de deux autres utilitaires : un modèle plus petit et un modèle à six ou sept places qu’on pourrait découvrir d’ici 2023. 

 

Ineos

Origine : Royaume-Uni

Marque créée: en 2017

1res livraisons au Canada : été 2023

Offre initiale : VUS tout-terrain

INEOS Grenadier

Le Grenadier d’Ineos, c’est le Land Rover Defender classique réinventé. Il a été conçu à l’initiative de Jim Radcliffe, grand patron d’Ineos, un géant britannique de la pétrochimie. Créée en 2017, la division automobile de cette multinationale s’affaire actuellement à terminer le développement de cet utilitaire tout-terrain. 

La production du Grenadier doit commencer en 2022 dans l’usine alsacienne « Smartville », où Daimler assemble des Smart depuis 1998; une usine acquise par Ineos en décembre 2020. Il sera en vente au Canada et aux États-Unis à partir de l’été 2023, nous a appris Greg Clark, le responsable de sa mise en marché sur notre continent. Une camionnette (pick-up) à quatre portes sera offerte ultérieurement.

Pour le marché nord-américain, ce 4×4 pur et dur sera animé par un 6-cylindres en ligne biturbo de 3,0 L fabriqué par BMW, alors qu’un turbodiesel sera possible également en Europe. Par ailleurs, une version électrifiée à pile à hydrogène pourrait éventuellement voir le jour, nous a dit M. Clark. Cette intention paraît logique pour Ineos, qui est un grand producteur mondial d’hydrogène (c’est un sous-produit de ses usines qui fabriquent des produits chimiques). Dans cette optique, Ineos et Hyundai se sont associés afin d’évaluer le potentiel de cette technologie. Le nouveau constructeur britannique devrait donc mettre à l’essai le système de pile à combustible modulaire du Hyundai Nexo dans son utilitaire. 

 

À la recherche de franchisés 

La commercialisation du Grenadier sera la responsabilité d’un réseau de concessionnaires franchisés. M. Clark décrit ainsi les candidats qu’il recherche pour cette tâche : « Ces entrepreneurs sont bien connus et ils ont une réputation fantastique. Ils possèdent sans doute déjà d’autres concessions. Ils comprennent parfaitement la nature du marché et de la clientèle visés, et ils sont bien outillés pour le commerce numérique, un moyen important de notre processus d’achat. »

Il s’attend à avoir des concessions ne représentant qu’Ineos là où le marché le justifie. « Dans certaines régions, il pourrait y avoir des établissements multifranchisés. D’ailleurs, on ne s’attend pas à ce que les concessions soient des palaces. Nous sommes des gens pragmatiques », précise-t-il.

Ineos Grenadier avec Jim Ratcliffe, grand patron d’Ineos.

Le constructeur britannique cible Toronto, Montréal et Québec, Vancouver, de même que l’Alberta. « Nous aurons de 6 à 10 concessionnaires d’ici l’été 2023, nous informe M. Clark. Puis, au fil du temps, nous nous établirons là où il y aura d’autres opportunités d’affaires. »

 

Et des ateliers Bosch

Le service d’après-vente sera naturellement assuré par ces concessionnaires. Toutefois, pour donner une couverture complète d’un océan à l’autre, Ineos fera appel à un réseau d’ateliers de réparation accrédités par Bosch, comme dans les autres pays où la marque sera présente.

Selon M. Clark, pour la première année complète de commercialisation (2024), Ineos devrait produire de 30 000 à 35 000 Grenadier. « Le marché nord-américain absorbera le tiers de cette production, dit-il, et le rapport avec le marché canadien devrait être 9 à 1 ou 8,5 à 1. Quant au prix, il sera dévoilé au milieu de l’année prochaine. D’ici là, vous pouvez l’extrapoler sur la base du prix annoncé en Angleterre, en septembre [ndlr : prix de base d’environ 48 000 £, soit environ 81 000 $]. »

 

Des réservations au Canada 

Fait à noter, au moment où nous avons interviewé M. Clark, en octobre, Ineos avait reçu 6000 réservations avec acompte (450 $ US). De plus, quatre jours seulement après avoir indiqué que le Grenadier serait vendu au Canada, environ 150 réservations avaient été enregistrées de consommateurs canadiens.

 

Lucid

Origine : États-Unis

Marque créée: en 2007 (appelée Atieva jusquen 2016)

1res livraisons au Canada : 2022

Offre initiale : berline de grand luxe électrique

Lucid Air

Depuis le 15 octobre dernier, les consommateurs canadiens peuvent réserver une Lucid Air, une berline électrique de prestige. Dans une présentation destinée aux investisseurs, son constructeur situe cette voiture dans un créneau surnommé « Post-Luxury », une expression qu’on pourrait sans doute traduire par « Luxe sans compromis », puisqu’elle est comparée, entre autres, à la Classe S de Mercedes-Benz.

Cette définition s’explique avec l’éventail de prix de cette berline. Il s’étale de 105 000 $ pour la version d’entrée de gamme, qui bénéficie d’une autonomie de 653 km, jusqu’à 229 000 $ pour les deux versions les plus cossues. Appelées Air Dream et Air Dream Performance, en plus d’avoir une autonomie de respectivement 836 et 758 km, elles font miroiter une puissance mirobolante, soit 933 et 1111 chevaux !

 

En route pour le Canada 

Dans son rapport aux investisseurs de novembre 2021, Lucid affirme avoir 17 000 réservations à son carnet de commandes, un nombre en deçà de la capacité de production annuelle de son usine de Caza Grande, en Arizona, soit 34 000 unités. Cette capacité serait, par ailleurs, bientôt haussée à 90 000 unités pour permettre la production de l’utilitaire Gravity attendu d’ici la fin de 2023. 

Rappelons qu’en octobre, cette marque californienne a inauguré son premier « studio » canadien : une salle d’exposition corporative logée dans le centre commercial CF Pacific Centre à Vancouver. À l’époque, elle devenait la dixième salle d’exposition de la marque en Amérique du Nord et la première hors des États-Unis. Une source indépendante révèle, par ailleurs, que Lucid souhaite en avoir une vingtaine au début de 2022 dans les deux pays. Or, au moment d’inaugurer le studio de Vancouver, le constructeur a aussi annoncé son intention d’ouvrir le second au Canada, à Toronto, en 2022. Il n’a toutefois rien dit au sujet du Québec… 

Notons, enfin, que les premières Lucid Air ont été livrées à leurs acheteurs étatsuniens le 30 octobre dernier. « Au Canada, elles arriveront peu après », s’est contenté d’affirmer le constructeur.

 

Rivian

Origine : États-Unis.

Entreprise créée en 2009 (appelée Avera jusquen 2011).

1res livraisons au Canada : 2022.

Offre initiale : un VUS à 7 places et une camionnette, tous deux électriques.

Rivian R1S

Le constructeur étatsunien Rivian propose trois véhicules électriques : la camionnette R1T à cinq places et l’utilitaire R1S à sept places, deux véhicules de taille moyenne pour le grand public, de même qu’un fourgon commercial qui sera produit, entre autres, pour Amazon.

Ses deux modèles de grande diffusion auraient une autonomie dépassant 480 km, selon un prospectus destiné aux investisseurs. Pour les consommateurs canadiens, la version d’entrée de gamme Explore de la camionnette est offerte à partir de 90 000 $ et la version Adventure, plus cossue, à partir de 97 250 $. Les mêmes versions de l’utilitaire R1S sont offertes respectivement à partir de 94 000 $ et 101 250 $. Le constructeur, qui accepte les réservations depuis quelques mois (contre un acompte de 1500 $ pour les acheteurs canadiens), affirme en avoir reçu plus de 55 000 des États-Unis et du Canada à la fin d’octobre.

 

À la sauce Tesla 

Selon Miranda Jimenez, une porte-parole de Rivian basée en Californie, le constructeur a choisi de prendre à sa charge la vente de ses véhicules. De plus, le service après-vente sera assuré par des centres de service de l’entreprise et des unités mobiles. L’équipe commerciale responsable du Canada est dirigée depuis le bureau de Rivian Automotive Canada situé au centre-ville de Vancouver. Elle sera responsable d’établir des centres de service à travers le Canada, ajoute Mme Jimenez.

Rivian R1T

La production des camionnettes R1T a commencé à la fin de septembre, alors que les utilitaires R1S devraient entrer en production en décembre. Le constructeur n’a pas précisé quand les premiers exemplaires de la camionnette seront livrés au Canada. 

Un événement de presse destiné à souligner le lancement canadien de la marque devrait avoir lieu autour du Nouvel An, nous a appris Mme Jimenez.

 

VinFast

Origine : Vietnam.

Marque créée en 2017.

1res livraisons au Canada : fin 2022.

Offre initiale : deux VUS électriques.

VinFast VF e35

VinFast est la filiale automobile de VinGroup, le plus important consortium du Vietnam. C’est aussi la première marque d’automobile vietnamienne de l’histoire ayant des visées internationales. 

Encore toute nouvelle, cette marque a jusqu’ici lancé trois modèles d’automobiles et un VUS sur le marché vietnamien, de même qu’une gamme étayée de scooters. Puis, au Salon de l’auto de Los Angeles, en novembre, elle a dévoilé en première mondiale deux nouveautés destinées au marché mondial. Il s’agit des utilitaires électriques VF e35 et VF e36, deux véhicules arborant l’écusson du studio de design italien Pininfarina. 

Le VF e35 est un modèle compact à cinq places comparable au Buick Envision par ses dimensions. Il se présentera avec un choix de batteries donnant 460 et 510 km d’autonomie. Avec son habitacle à sept places, le VF e36 s’apparente à un Buick Enclave. Les deux batteries offertes lui permettront respectivement de parcourir 485 et 680 km. Un utilitaire électrique de plus petite taille s’ajoutera à la gamme canadienne par la suite, nous a confirmé le président de VinFast Canada, Huỳnh Du An (qui utilise le sobriquet Andy H.). 

 

Livraisons prévues à la fin de 2022

Pour rejoindre les consommateurs, ce constructeur misera sur le commerce électronique et un réseau de concessions corporatives assurant la vente et le service. Les premières concessions ouvriront durant le second trimestre de 2022. L’assistance technique sera fournie par ces concessions, par un système de mise à jour des logiciels par liaison radio (que Andy H. surnomme « service invisible ») et par une équipe mobile. 

Selon Andy H., la marque VinFast fera ses débuts au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. Les premières concessions canadiennes seront établies dans les grands centres urbains de ces trois provinces. Dans un deuxième temps, VinFast s’attaquera aux régions environnantes de ces grands centres et, par la suite, aux grandes villes des autres provinces.  

VinFast-VF e36

Les prix des deux utilitaires seront divulgués durant la première moitié de 2022. Les premières livraisons à des acheteurs canadiens sont prévues pour la fin de l’année prochaine. Le constructeur n’a révélé aucun objectif de ventes pour sa première année. En revanche, lors de l’assemblée annuelle de VinGroup, en juin, le président du consortium, Phạm Nhật Vượng, a annoncé une production totale limitée à 15 000 unités pour 2022 en raison de la pénurie de semi-conducteurs. Cela suggère un nombre de véhicules livrés au Canada limité.

 

Quelques autres prétendants au marché…

 

Atlis

ATLIS XT

Avec ses allures de Cybertruck, l’Atlis XT préfigure par sa motorisation puissante une camionnette comparable à un véhicule de 3/4 de tonne animé par un turbodiesel. La motorisation électrique de la XT sera proposée avec un choix de batteries permettant de parcourir environ 480 à 800 km. Établie en Arizona, cette entreprise commencerait sa commercialisation à la fin de 2022.

 

Canoo

Canoo Lifestyle Vehicle

Avec trois VÉ aux allures radicales (une fourgonnette, une camionnette et un fourgon commercial, tous dotés d’une cabine avancée), le constructeur californien Canoo revendique une manière nouvelle d’interpréter l’automobilisme. Les prix annoncés en mai pour la fourgonnette (34 750 $ à 49 950 $ US) paraissent alléchants, tout comme ses 400 km d’autonomie. On promet le lancement de la marque au Canada d’ici 2023, sans donner plus de détails.

 

ElectraMeccanica

ElectraMeccanica Solo

Après six années de développement, ElectraMeccanica Vehicles Corp. de Vancouver vient de lancer sa petite 3-roues électrique : la Solo. Dotée d’une batterie de 17,4 kWh, cette citadine monoplace pourrait parcourir jusqu’à 160 km et atteindre une vitesse de pointe de 130 km/h, affirme le constructeur. Offerte à partir de 18 500 $ US, elle n’est vendue qu’aux États-Unis pour l’instant. « Nous envisageons toutefois de la vendre au Canada, mais nous n’avons pas encore déterminé quand », nous a appris Bal Bhullar, directeur financier et membre du conseil d’administration d’ElectraMeccanica.

 

Fisker

Après deux tentatives infructueuses pour devenir constructeur, le célèbre designer et homme d’affaires américano-danois Henrik Fisker semble sur la voie de réaliser son rêve. L’Ocean, un VUS électrique, dévoilé au Salon de Los Angeles sera bientôt en production à l’usine autrichienne de Magna International. Un second modèle en gestation sera, par ailleurs, développé avec la collaboration de l’entreprise taiwanaise Foxconn.

 

Hercules

Hercules Alpha

Établie à Détroit, la Hercules Electric Vehicles souhaite lancer d’ici 2022 l’Alpha, une camionnette électrique pleine grandeur. En juillet 2021, cette entreprise annonçait d’ailleurs que le studio de design italien Pininfarina est désormais responsable de poursuivre le développement de cette camionnette qui, grâce à ses quatre moteurs électriques, pourrait livrer une puissance de 1000 chevaux, clame son constructeur.

 

Lordstown

Lordstown Endurance

Fondée en 2018, Lordstown Motor emprunte son nom à la ville d’Ohio où se trouve son usine, qu’elle a achetée à GM. Elle travaille au développement de la camionnette électrique Endurance, mais des ennuis techniques et financiers ont handicapé sa progression. Une alliance conclue récemment avec Foxconn, qui achèterait l’usine à son tour, pourrait contribuer à mener ce projet à terme. 

 

 

Partagez l'article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page