Mieux comprendre pourquoi Carmine D'Argenio a accepté de céder une partie de BMW MINI Laval

Mieux comprendre pourquoi Carmine D'Argenio a accepté de céder une partie de BMW MINI Laval

Le 15 décembre 2014, Carmine D’Argenio a accepté de céder une participation majoritaire dans BMW MINI Laval à AutoCanada, le plus important groupe de concessions automobiles au pays (la compagnie basée à Edmonton contrôle une cinquantaine d’établissements). Dans la transaction, M. D’Argenio a aussi obtenu des parts dans BMW Canbec, le premier franchisé québécois acquis par AutoCanada. AutoMédia a rencontré l’homme d’affaires pour mieux comprendre les motivations derrière sa décision.

 

Trader

Pourquoi avez-vous cédé une partie de BMW Laval à AutoCanada?

L’industrie automobile est en pleine transformation. Il y a beaucoup d’acquisitions et de ventes. Mes confrères concessionnaires BMW possèdent entre 4 et 20 concessions en moyenne. Les profits baissent et les coûts augmentent, il faut faire plus de volume. Je voulais à tout prix continuer à faire ce que je fais. Il y avait donc deux choix : acheter des concessions ou m’associer avec un groupe. J’ai choisi le groupe. J’aime passer du temps dans la concession, j’aime l’attention au détail et je veux être fidèle à BMW et à mes clients. Le contact avec le client est très important pour moi. AutoCanada a de très bonnes valeurs, ce sont de réels amateurs d’automobiles. J’ai visité leur centre Dealer Support Services, à Edmonton. Ils ont des gens qui peuvent m’aider dans chaque département de ma concession. Ça m’a permis d’avoir une structure corporative dans mon entreprise que je n’avais pas. J’ai pu garder mes employés, mes directeurs. En fait, ils ne veulent pas que je change quoi que ce soit, il n’y a pas de « takeover ». Tout ce que nous avons fait à ce jour, ils veulent que je le garde. Mais ils nous offrent des ressources illimitées!

 

Quand vous avez fait ce choix, avez-vous immédiatement pensé à AutoCanada?

Ça a été le premier qui s’est manifesté et j’ai aimé leur manière de travailler. C’est très familial comme entreprise. Nos valeurs sont les mêmes.

 

Que vous a conseillé votre père, Gerardo, lui qui a fondé l’entreprise familiale en 1973 (alors appelée Boulevard St-Martin) ?

Il m’a dit de prendre la meilleure décision pour moi et la compagnie.

 

Est-ce un hasard si la première incursion d’AutoCanada au Québec se fait par le biais d’une marque de prestige comme BMW?

Je crois qu’ils voulaient se lancer dans le prestige et que l’opportunité est venue avec la vente de Canbec.

 

Croyez-vous que ce ne sont que les premiers pas d’AutoCanada au Québec?

Je ne sais pas mais je crois qu’ils veulent effectivement grossir, oui.

 

Si AutoCanada vous proposait de devenir leur « responsable BMW » chez AutoCanada, vous diriez quoi?

Je veux répondre le mieux possible à la clientèle et aux employés aussi, donc je me concentre sur BMW MINI Laval et BMW Canbec. Mais je ne dirais pas non si l’opportunité se présentait, je prendrais le temps de l’évaluer.

 

D’après vous, les groupes, c’est une tendance lourde?

Oui. Plus le temps avance et plus il est difficile de faire sa place, plus les manufacturiers sont exigeants, plus il sera complexe de rester en affaires en étant seul. D’ailleurs, il y a un autre gros groupe (ndlr : Delawri) qui vient de rentrer au Québec. J’y crois à cette tendance, surtout si elle signifie une constante évolution et une augmentation des ventes.

 

Croyez-vous que les Américains se tourneront aussi vers le Québec?

Ils y verront des opportunités. D’ailleurs, Warren Buffet s’est récemment lancé dans l’automobile. Il doit bien y voir quelque chose…

 

Il existe quelque 800 concessionnaires de véhicules neufs au Québec. Dans 5 ans, quel pourcentage fera partie d’un groupe?

D’après moi, il y a déjà presque la moitié qui font partie d’un groupe de 2 à 10 établissements.

 

Pensez-vous que les concessionnaires indépendants ont une chance de survie dans les régions?

Oui, je crois que les groupes vont viser les villes en premier. Il y a là plus d’avantages pour eux.

 

Combien de véhicules avez-vous vendus à Laval en 2014?

1960 véhicules neufs BMW, 560 MINI neuves et 900 véhicules usagés

 

Et Canbec?

1400 BMW Neufs, 500 Mini et 700 usagés.

 

Quand prendrez-vous votre retraite?

Mon travail est une passion, je ne vois pas comment je pourrais me résoudre à prendre ma retraite ! Je crois que l’association avec un groupe a été une excellente décision d’affaires, pour moi et mes clients. Nous sommes toujours le même concessionnaire

 

Carmine D’Argenio, directeur associé BMW MINI Laval / BMW Canbec et Anita Carmine, Directrice des ressources humaines

Carmine a trois enfants : Sara, 21 ans, est vétérinaire ; Massimo, 27 ans, poursuit son MBA à l’Université McGill ; et Anita (sur la photo), 29 ans, travaille aux côtés de son père en tant que son assistante et la directrice des ressources humaines.

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

<