Otogo.ca : répondra-t-elle aux attentes ?

Depuis la mi-septembre, les concessionnaires automobiles de la province disposent d’un tout nouvel outil pour faciliter la vente de leurs véhicules d’occasion, Otogo. Née de la collaboration entre la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec (CCAQ) et de Québecor Expertise\Média, la nouvelle plateforme a pour mission de devenir la destination par excellence pour ce type de transaction. Qu’en pensent nos experts en technologies de l’information ?

 

 

« Le nom Otogo a une teneur beaucoup plus universelle. Il rejoindra davantage les consommateurs de langue anglophone que celui d’Occasion en Or » – Louis-Philippe Villeneuve, président de NERD Auto.

 

Pour les concessionnaires, par les concessionnaires

« Il y a certainement de la place pour une plateforme qui appartient aux concessionnaires eux-mêmes », soutient Louis-Philippe Villeneuve, président de NERD Auto, une firme en stratégies Web marketing pour concessions automobiles. 

« Depuis quelque temps, les concessionnaires étaient insatisfaits de la plateforme Occasion en Or proposée par la CCAQ. Qu’Otogo puisse remplacer cet ancien outil constitue une très bonne nouvelle pour l’industrie automobile. Et le nom Otogo a une teneur beaucoup plus universelle. Il rejoindra davantage les consommateurs de langue anglophone que celui d’Occasion en Or », indique cet expert.

 

« Autre avantage que présente cette plateforme liée aux concessionnaires, c’est la paix d’esprit qui vient avec » – Louis-Philippe Villeneuve, président de NERD Auto.

 

La paix d’esprit 

Autre avantage que présente cette plateforme liée aux concessionnaires, c’est la paix d’esprit qui vient avec, affirme également M. Villeneuve. « Les consommateurs qui achètent un véhicule d’occasion chez le concessionnaire sont généralement plus rassurés par la qualité du produit. »

 

Une belle présentation 

Pour le moment, le nouvel outil séduit l’œil des concessionnaires. « Jusqu’à maintenant, notre équipe des véhicules d’occasion est emballée par la présentation des pages de la nouvelle plateforme. C’est beaucoup plus aéré que ce qu’offrent d’autres entreprises », signale Yanick Lecours, qui veille aux communications et marketing pour les concessions du groupe Le Prix du gros. Cette entreprise qui appartient à la famille Dusablon détient un mégacentre de véhicules d’occasion de 60 000 pieds carrés, situé à Trois-Rivières, qui réalise entre 2000 et 3000 transactions par année. 

 

« On parle d’au moins une quinzaine de dollars par véhicule affiché, par mois. Ça fait pas mal cher l’annonce quand ton inventaire compte plus de 1000 véhicules à vendre. » – Yanick Lecours, qui veille aux communications et marketing pour les concessions du groupe Le Prix du gros.

Mais il y a des frais 

Néanmoins, Yanick Lecours ne cache pas que la récente décision de Facebook de modifier la formule d’utilisation de sa plateforme Marketplace change énormément la donne. « Jusqu’au 13 septembre dernier, nous avions accès à un super outil gratuit pour faciliter la vente de nos véhicules d’occasion. Nous avions accès à un auditoire qui consacrait en moyenne plus de deux heures par jour sur leur page Facebook. C’était génial. Ce qui ne sera pas le cas avec Otogo », signale-t-il.

De plus, M. Lecours constate que les tarifs d’utilisation d’Otogo ressemblent sensiblement à ce que propose AutoHebdo.net. « On parle d’au moins une quinzaine de dollars par véhicule affiché, par mois. Ça fait pas mal cher l’annonce quand ton inventaire compte plus de 1000 véhicules à vendre. Il faudra tester et voir si l’investissement qu’exige cette nouvelle plateforme rapporte », indique-t-il. Ce dernier souligne au passage que l’utilisation de l’ex-plateforme Occasion en Or était incluse dans le coût de l’abonnement annuel avec la CCAQ. « Ce qui n’est plus le cas avec le nouvel outil », déplore-t-il.

« Si la puissance d’audience de Québecor n’est pas exploitée à son plein maximum, Otogo ne sera pas une meilleure plateforme qu’Occasion en Or. Il ne faut pas que ce soit bonnet blanc, blanc bonnet » – Louis-Yves Cloutier, fondateur et chef de direction de 360 L’Agence

 

La puissance d’une audience

Selon Louis-Yves Cloutier, fondateur et chef de direction de 360 L’Agence, l’arrivée du tout nouveau portail de véhicules d’occasion de la CCAQ représente une très bonne nouvelle en soi pour l’industrie automobile québécoise. « Les concessionnaires avaient besoin qu’on revitalise leur plateforme, qui s’était essoufflée avec les années. Que cet outil compte sur un partenariat avec Québecor, voilà également un très grand coup d’éclat pour la CCAQ », s’exclame l’entrepreneur qui propose des solutions technologiques exclusives aux concessionnaires automobiles.

 

« En offrant son outil Marketplace sans frais depuis deux ans aux concessionnaires, le géant Facebook savait très bien ce qu’il faisait. Il créait tout simplement une habitude en attendant le bon moment pour le monétiser »Louis-Yves Cloutier, fondateur et chef de direction de 360 L’Agence

 

D’ailleurs, aux concessionnaires qui s’inquiètent des frais qui sont liés à la plateforme, M. Cloutier leur adresse ce message : « En offrant son outil Marketplace sans frais depuis deux ans aux concessionnaires, le géant Facebook savait très bien ce qu’il faisait. Il créait tout simplement une habitude en attendant le bon moment pour le monétiser », dit-il.

Mais attention, avertit-il. « Si la puissance d’audience de Québecor n’est pas exploitée à son plein maximum, Otogo ne sera pas une meilleure plateforme qu’Occasion en Or. Il ne faut pas que ce soit bonnet blanc, blanc bonnet », insiste cet expert. 

Louis-Yves Cloutier tient à rappeler que le principal défi de n’importe quelle plateforme de ventes de véhicules demeure sa capacité d’atteindre la plus vaste audience possible. « L’outil doit être en mesure de rejoindre le plus de consommateurs à grande échelle. Une faculté dont jouit Québecor et ses multiples plateformes médias. Cette entreprise est un rassembleur d’audience capable de déployer sa puissance à de très faibles coûts. Ce qui devrait être un avantage non négligeable pour les concessionnaires », croit le fondateur de 360 L’Agence.  

 

Ni les particuliers ni les commerçants indépendants ne pourront utiliser cette plateforme pour annoncer leurs véhicules d’occasion.

Les consommateurs veulent du choix

Grande audience ou non, certains se demandent tout de même comment Otogo parviendra à se positionner au sein du marché. Ni les particuliers ni les commerçants indépendants ne pourront utiliser cette plateforme pour annoncer leurs véhicules d’occasion, soulève une source qui souhaite garder l’anonymat. Idem pour les véhicules neufs qui brillent par leur absence. « Pourtant, le succès qu’ont connu diverses plateformes telles que LesPAC, Kijiji et plus récemment Marketplace auprès des consommateurs s’explique, entre autres, par le vaste choix de la provenance des véhicules que ces outils offraient aux acheteurs », maintient notre source.  

Un simple coup d’œil sur les plateformes concurrentes tend à donner raison à cet interlocuteur. Alors qu’AutoHedo.net affichait plus de 45 000 inscriptions à la fin du mois de septembre, Kijiji Autos rayonnait avec plus de 52 000 véhicules d’occasion à vendre.

 

Partagez l'article

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page