Moments excitants

Moments excitants

 

Avez-vous l’impression comme moi que l’industrie automobile traverse une période très intéressante ?

Trader

Elle semble bien loin l’année 2009 où Chrysler et General Motors avaient dû se réfugier derrière la protection de la Loi sur les faillites. Il s’est vendu l’an dernier beaucoup, beaucoup de véhicules, tant chez nous que chez nos voisins.

Bien sûr, les faibles taux d’intérêt et le prix du baril du pétrole expliquent en grande partie ce déferlement chez les concessionnaires. Mais il faut aussi regarder du côté de la qualité et de la diversité des véhicules offerts.

Les automobiles dites économiques sont néanmoins bardées de gadgets qui étaient réservés à l’élite il n’y a pas si longtemps, tandis que les voitures de grand luxe proposent des intérieurs dont le confort n’a rien à envier à celui d’un jet privé. Ne manque que les ailes !

Quant à la quantité de modèles, elle n’a d’égale que le nombre de niches que les gourous de la mise en marché ont multiplié pour combler les besoins des conducteurs, parfois même des besoins qu’ils ignoraient eux-mêmes…

Au-delà de l’embarras du choix qui déborde des salles d’exposition, il faut également applaudir les recherches frénétiques qui font bourdonner les départements de R&D de la planète entière.

Les véhicules électriques et hybrides enfichables ne représentent encore qu’une petite frange du parc automobile mais une minorité qui deviendra une majorité d’ici une ou deux décennies. Les pétrolières devront inexorablement un jour se recycler et je suis convaincu que leurs grands patrons planchent déjà sur des scénarios alternatifs.

Quant à la voiture autonome, quelle incroyable promesse de liberté elle profile à l’horizon ! Oublions pour le moment la question du plaisir de conduire que l’auto autonome efface par définition. Concentrons-nous sur les avantages indéniables.

Imaginez-vous à quel point les inévitables bouchons de circulation deviendront supportables quand nous serons confortablement installés dans notre bagnole autonome à faire la chose qui compte le plus au monde : ne pas perdre son temps !

Nous pourrons travailler dans l’auto pendant que celle-ci nous amènera comme une grande à bon port. Ou jouer. Ou dormir. Ou ce que vous voulez, tout, sauf perdre son temps, rager et pester. Que demander de mieux quand il s’agit bêtement de se rendre du point A au point B ? Oui, je sais : la télé transportation comme dans Star Trek !

Ce progrès amènera avec lui de nouveaux types de problèmes, comme les autos qui devront être à l’abri des « hackers » capables de s’en emparer à distance, comme les compagnies d’assurances qui devront démêler les responsabilités quand deux voitures sans pilote se rentreront dedans (car ça arrivera, c’est sûr).

Mais les avocats existent pour ça, tout comme les programmeurs honnêtes qui contrecarreront les logiciels malfaisants.

Mon seul souhait : vivre assez longtemps pour pouvoir me rendre à bord d’une auto autonome jusqu’au circuit privé où je m’amuserai avec ma minoune à essence d’un autre siècle !

 

 

 

 

 

Catégories: Michel Crépault

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

<