Mercedes EQS: Le premier assaut d’un avenir électrique

Les constructeurs automobiles allemands ont été lents à réagir dans ce que nous pouvons appeler le passage à l’électrique. Ils doivent donc maintenant prendre des bouchées doubles. Mercedes a annoncé par la bouche de son président Ola Källenius, que Daimler va investir 40 milliards d’euros, soit un peu plus de 58 milliards de dollars canadien d’ici 2030. Lors du Salon de l’auto de Munich au début du mois de septembre, le grand patron de Mercedes soulignait que le plan de Mercedes était d’être prêt à passer au tout électrique d’ici 2030. « Nous serons prêts si les marchés se tournent entièrement vers l’électrique d’ici la fin de la décennie », a affirmé le patron de Daimler, Ola Källenius.

 

L’EQS représente le premier pas de cette démarche accéléré

 

Commencer en haut de l’échelle

Comme il faut bien commencer quelque part, Mercedes met la barre haute en mettant le prestige à l’avant-plan. L’EQS pourrait se définir comme la Classe S électrique et l’impression au volant est remarquablement proche. Le prix de base n’est pas non plus si éloigné d’une Classe S. Il débute à 144 200 $ pour une version sans option. Remarquablement bien équipé, Mercedes ajoute quatre groupes d’options qui vont faire grimper la facture. Le groupe Premium qui ajoute des fonctionnalités de confort est à 7 000 $. Le groupe Sport qui offre l’apparence AMG est à 4 500 $. Le groupe exécutif arrière offre un confort supplémentaire à l’arrière moyennant 7 000 $ et le « Night package » qui recouvre de noir l’extérieur de la voiture est à 5 000 $.

 

Tout le monde doit embarquer malgré les coûts impliqués

Au delà de la volonté d’un manufacturier d’aller de l’avant avec un projet que Mercedes a qualifié d’électrique d’abord à électrique seulement dès 2025. Il faut mettre à contribution le réseau de concessionnaires. Cela veut dire que Mercedes a déjà diminué les investissements dans les technologies thermiques et hybrides qui vont baisser de 80% entre 2019 et 2026.  Il y a aussi une grande transition qui se fait du côté des concessionnaires. « Plusieurs s’inquiètent des coûts à payer, de la formation du personnel et de l’impact sur les activités lucratives du service après-vente », souligne le responsable des relations publiques de Mercedes Canada Zakary Padgett. « Nous devons nous assurer que chaque concessionnaire reçoit la formation adéquate, suffisamment de bornes de recharges pour répondre à la demande de leur clientèle et nous assurer que la formation et les changements apportés à la concession sont compatibles avec notre vision.»

 

Une transition qui fait craindre des pertes de revenus aux concessionnaires 

Après avoir prédit pendant des années que les berlines, les camions et les VUS électriques allaient remplacer les modèles à essence, le moment semble venu et tous les grands constructeurs automobiles s’alignent pour appuyer sur l’interrupteur électrique. Il reste toutefois des craintes. Une des préoccupations pour les concessionnaires tient au fait que les véhicules électriques ne nécessitent pas de changements d’huile moteur, de réparations de transmission et d’autres services que les propriétaires de véhicules à moteur à combustion interne supportent régulièrement – et qui représentent jusqu’à 50 % des bénéfices bruts des concessionnaires. Disons que les véhicules auront aussi besoin d’entretien, mais sans doute pas au même endroit.

 

Elle est comment cette EQS ?

Le premier mot qui vient à l’esprit est spectaculaire. Mercedes s’attaque ouvertement à la Tesla S et a mis le paquet pour la présentation. Vous êtes dans un monde de cuir fin, de bois noble non poli et si vous avez coché l’option de l’écran de 56 pouces, votre mâchoire va se décrocher. Vous avez l’impression de prendre place à bord d’un concept automobile plus que dans une voiture de production. Mercedes laisse Tesla loin derrière. Au volant, elle est remarquablement facile à conduire et très proche du modèle à essence qui cultivait déjà le silence de roulement et le confort suprême. Vous avez les mêmes avantages avec l’EQS. C’est un véhicule parfait pour parcourir de longues distances, conduire ou pour être conduit, avec une finition quasi parfaite et une attention particulière aux détails. Côté puissance, le seul modèle au Canada (pour le moment) sera l’EQS 580. Elle offre une autonomie d’environ 545 km et une puissance de 516 chevaux. La batterie fait 107,8 kWh. L’EQS peut être rechargé jusqu’à 200 kW dans les stations de recharge rapide à courant continu, avec la possibilité d’ajouter 300 kilomètres d’autonomie supplémentaire (WLTP) en seulement 15 minutes. 

Partagez l'article

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page