Les ventes de véhicules d’occasion au Québec en 2019

En 2019, en comparaison avec 2018, les concessionnaires de véhicules neufs ont perdu 2 % du marché de l’usagé l’an dernier, au profit des concessionnaires de véhicules d’occasion. 

Avec 23 % du marché de l’occasion, les concessionnaires de véhicules neufs se retrouvent au même niveau qu’en 2010 et 2011. Leurs parts du marché avaient grimpé jusqu’à 27 % en 2015, mais sont en baisse depuis. 

 

Ventes au Québec en 2019 

  • Ventes de véhicules neufs : 441 695 (34,7 %)
  • Ventes de véhicules d’occasion : 831 817 (65,3 %)
  • Ventes totales : 1 273 512 

 

Ventes de véhicules d’occasion en 2019 par type de concessionnaires

  • Concessionnaires de véhicules neufs : 191 318 (23 %)
  • Concessionnaires de véhicules d’occasion : 349 363 (42 %)
  • Ventes privées : 291 136 (35 %)
  • Total des ventes de véhicules d’occasion au Québec en 2019: 831 817
Ventes véhicules d'occasion 2019 au Québec
Ventes véhicules d’occasion 2019 au Québec

 

 

Les ventes au Canada en 2019 et les prévisions pour les cinq années à venir 

Denis Desrosiers, président DesRosiers Automotive Consultants.

La firme DesRosiers Automotive Consultants et IHS Markit prévoient une baisse des ventes de véhicules neufs au Canada pour les deux prochaines années, mais estiment qu’elles vont revenir en force au-dessus des deux millions d’unités en 2024. 

Les prévisions sont plus optimistes quant aux ventes de véhicules d’occasion; on s’attend à des augmentations constantes jusqu’à un sommet en 2023. Un léger ralentissement est alors prévu pour la cinquième année (2024). 

Prévisions ventes véhicules au Québec 2019 2020 2021 et plus
Note: les prévisions suivantes sont pré-COVID-19

 

 

J.D. Power « PIN » le Québec sur la carte des véhicules usagés

Grâce à son Power Information Network (PIN), J.D. Power a analysé plus de 107 000 transactions de véhicules d’occasion chez des concessionnaires du Québec de 2018 à 2019. AutoMédia vous présente les chiffres à retenir de ce bilan, mis en perspective avec le reste du Canada et accompagné des commentaires de Robert Karwel, directeur principal, PIN/Division automobile pour le Canada.

 

Prix des véhicules d'occasion au Québec en 2019

 

L’analyse de Robert Karwel 

Robert Karwel, directeur principal, PIN/Division automobile pour le Canada.
Robert Karwel, directeur principal, PIN/Division automobile pour le Canada.

1 : Les concessionnaires du Québec ont fait du bon boulot en 2019 pour continuer à faire « tourner » les véhicules usagés le plus rapidement possible. Avec une moyenne de rotation de 67 jours, ils n’ont mis qu’un jour de plus que l’année précédente. Pendant ce temps, au Canada, la moyenne de rotation augmentait de 67 à 71 jours.

 2 : En 2019, le coût moyen d’acquisition des véhicules d’occasion a augmenté plus rapidement au Québec qu’ailleurs au Canada, ce qui est en soi une bonne chose. 

 

En effet, l’écart entre le coût moyen d’acquisition d’un véhicule d’occasion en 2018 au Québec et celui du reste du Canada était de 4093 $, mais il s’est réduit l’an dernier à 3817 $. Voilà qui a eu pour conséquence de relever de 1176 $ le prix moyen de vente des véhicules d’occasion au Québec en 2019, contre 714 $ au pays.  

Tout bien considéré, cela a permis aux concessionnaires du Québec d’accroître leur marge moyenne de profit de 1242 $ à 1304 $ et, du même coup, de diminuer le fossé qui persiste avec la marge moyenne de profits de leurs confrères canadiens. Cet écart est passé de 314 $ en 2018 à 240 $ en 2019. 

* La différence du coût d’acquisition moyen à travers le pays est largement influencée par les prix plus élevés des camionnettes dans les Prairies et des véhicules de luxe en Colombie-Britannique. 

 

 

Finances et Assurances 

Ventes véhicules d'occasion au Québec en 2019

Lexique: 

  • Captive: transaction financière impliquant une banque partenaire avec un constructeur automobile.
  • Contrat de service: produits vendus lors d’une transaction par le département de F&A. Ex: les garanties prolongées, les programmes de changements d’huile prépayés, etc.
  • PVR (Per Vehicle Retail): moyenne des ventes du département de F&A sur toutes les transactions effectuées sur une période donnée.

 

L’analyse de Robert Karwel

Les taux de captivité des institutions financières sont plus bas à Montréal, ainsi que le taux d’intérêt moyen, ce qui signifie que les établissements de la métropole montréalaise réussissent à accroître leur profits sur le prêt, ainsi qu’à dénicher de meilleurs taux d’intérêt pour leurs clients.

Au bout du compte, le total du profit moyen sur le PVR a augmenté de 54 $ en 2019 au Québec, pour s’installer à 741 $. Cette croissance est supérieure à la moyenne nationale qui, elle, n’a augmenté que de 40 $. 

Partagez l'article

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page