Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe (PLUS HUIT AUTRES ASSOCIATIONS AUTO-VÉLO)

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe (PLUS HUIT AUTRES ASSOCIATIONS AUTO-VÉLO)

Fondé à Montréal en 1989, Argon 18 est l’idée de l’athlète olympique et du triple champion canadien Gervais Rioux. Ses vélos sont vendus dans plus de 80 pays et peuvent se trouver sur d’innombrables routes dans le monde, y compris au sein de l’équipe professionnelle de course cycliste Astana, qui utilise les Argon 18 au Tour de France, au Giro d’Italie et à la Vuelta. Argon 18 vient de signer une entente de partenariat de quatre ans avec Mercedes-Benz pour la conception et le développement de vélos de pointe.

Le premier vélo de route qui a été convenu par le partenariat, le Mercedes-Benz Style Endurance Bike, sera lancé à l’automne 2018. Le vélo au cadre argenté et à la selle inclinée est conforme à la philosophie de design de la marque Mercedes-Benz. La fourche présente une forme particulière, optimisée pour absorber les vibrations et contrôler l’équilibre. Le Mercedes-Benz Style Endurance Bike sera offert en deux modèles, Ultegra et Ultegra Di2, et en six tailles différentes. Suivra le lancement d’une deuxième variante, qui prendra la forme d’un vélo Endurance axé sur la performance et couvrant à la fois la connectivité et la technologie de performance. « Mercedes voulait que l’on reflète dans nos vélos le design novateur et les avancées technologiques que l’on trouve dans les véhicules de la marque, souligne Gervais Rioux. Ce partenariat de quatre ans concilie la vision d’un vélo intelligent de la marque Argon 18 avec l’engagement de Mercedes-Benz visant à réinventer la mobilité. Grâce à la collaboration de Mercedes-Benz Style, nous pavons le chemin pour passer à la prochaine étape de développement d’un vélo de performance intelligent doté de nos technologies ».

Trader
Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Les vélos québécois Argon 18 et Mercedes font équipe

Argon est à mettre au point des systèmes de télémétrie cycliste qui va cumuler les données des cyclistes durant leur entraînement, un peu à la manière d’une voiture de Formule 1. Une fois l’entraînement terminé, les athlètes pourront passer en revue leur séance d’entraînement et voir, à l’aide d’algorithmes, leurs points forts et leurs points faibles. En ayant ce type d’information à leur disposition, les cyclistes seront en mesure de mieux planifier leurs entraînements et de mettre l’accent sur des éléments spécifiques à améliorer. « Nous travaillons aussi sur des systèmes d’avant-garde en motorisation électrique, ajoute Gervais Rioux. Nous ne voulons pas faire un vélo électrique, mais simplement un moteur qui va aider les cyclistes plus âgés ou moins en forme à transformer une montée à 10 % en faux plat. C’est une demande que nous recevons depuis quelques années et nous souhaitons en tenir compte. Certains cyclistes adorent encore rouler, mais ne veulent plus conquérir des pentes très abruptes. La motorisation sera une solution pour ces personnes. »

Mercedes, qui se considère de plus en plus comme une compagnie de mobilité globale, voit avec intérêt cette union avec Argon 18. Les vélos Mercedes seront d’ailleurs en vente dans les boutiques où l’on trouve les vélos Argon 18. Le modèle Ultegra se détaillera à 5000 $ et le DI2 avec roue en carbone et un peu plus d’équipement à 7500 $.

 

L’exemple d’Argon 18 n’est pas unique. Voici huit autres compagnies automobiles qui ont associé leur nom à des marques de vélo bien connues.

 

Lamborghini et BMC

BMC est un des plus importants fabricants de vélo au monde et aussi le commanditaire d’une puissante équipe professionnelle. Il s’est associé à Lamborghini pour un projet exclusif et très haut de gamme. Seulement 50 vélos ont été fabriqués par des robots et équipés des meilleures composantes italiennes Campagnolo sur le marché. Pour les collectionneurs de Lamborghini qui désirent un vélo à l’image de leur auto : à 40 000 $ pièce, l’exclusivité est assurée.

 

Ferrrari et Colnago

L’association entre Ferrari et Colnago remonte à plus de 30 ans. Colnago a construit la première fibre de carbone pour vélo avec Ferrari en 1986 entre Ernesto Colnago et Enzo Ferrari. Le V1-R Colnago est le plus récent exemple qui montre le renouvellement d’un partenariat impliquant l’ingénierie avec Ferrari. La contribution de Ferrari se concentre dans le domaine de la « recherche sur les matériaux et les applications aérodynamiques ». Ce partenariat est assez significatif pour que le cheval de Ferrari soit bien en vue sur le tube supérieur, alors que les détails reflétant la contribution du constructeur automobile étaient autrefois rares. Le cadre fabriqué à Taiwan mais conçu en Italie vaut à lui seul 6000 $, et c’est sans compter le coût des composantes, qui peut faire doubler le prix du vélo.

 

Aston Martin et Factor Bikes

Encore une fois pour plaire à une clientèle d’élite, Aston Martin a demandé à une compagnie de vélos britannique, Factor Bikes, de créer un produit emblématique pour un modèle très rare, l’Aston Martin one-77. Vous aurez deviné que la marque a fabriqué 77 exemplaires. Ce vélo présenté en 2015 incluait un ordinateur de bord avec les composantes les plus avancées au monde et se détaillait à 25 000 livres sterling, soit 50 000 $. Vous avez une Audi A4 à ce prix.

 

McLaren et Specialized

Sorti comme modèle de vélo 2015 juste avant le début du Tour de France, le modèle Tarmac est venu en édition spéciale McLaren, qui agit comme partenaire dans la création du système de collecte de données Rider-First™. Specialized a utilisé le système de collecte de données de McLaren afin d’étudier le comportement du cadre par rapport à des cyclistes de différentes tailles. Ces vélos sont reconnus parmi les plus rapides au monde grâce à une fibre de carbone mise au point par McLaren. La peinture est celle dont on se servait à l’époque pour la P1 de McLaren. Pour 25 000 $, ce vélo est à vous.

 

Porsche RS

Porsche fait les choses différemment en vendant sa propre gamme de vélos à travers la marque Porsche Design. Le modèle RS est arrivé en 2012 et se vendait dans les concessions Porsche pour 9199 $. L’auteur de ces lignes a eu l’occasion à l’époque de rouler quelques jours avec ce vélo de ville « high-tech », un concept de construction incroyablement léger où les éléments en carbone garantissent une stabilité idéale pour un poids minimal. Le RS comprend 22 vitesses pour une accélération maximale et des éléments de design Orange Lave, la couleur de la Porsche 911 GT3 RS.

 

BMW Cruiser

Voici une autre approche de BMW qui veut montrer son côté vert. Le Cruiser est un vélo électrique utilisant des composantes électrogènes conçues par l’Allemand Bosch. Le moteur fait 400 Wh et donne une autonomie de 25 km au vélo. Vous devrez ensuite pédaler pour continuer votre randonnée. Ce vélo n’est pas vendu en Amérique et coûte un peu plus de 5000 $.

 

Ford Super Cruiser et Pedego

On semble jouer au voisin gonflable ici. BMW a son Cruiser et Ford son Super Cruiser. Produit par la compagnie californienne Pedego, le Super Cruiser est axé sur le confort et non sur la performance. Ce vélo électrique Ford vous assure d’une promenade en guimauve fluide, que vous soyez en train de conquérir des collines ou de faire face à des vents contraires. Ce vélo haute performance grimpe sans effort de 0 à 20 mi/h avec une batterie de 48 volts et un puissant moteur de 500 watts. Et pourtant, on se sent comme dans une croisière agréable et détendue une conduite vraiment facile. La fourche de la couronne du vélo avec guidon réglable possède un levier de vitesses à 7 rapports à gauche et un accélérateur à droite. Pour trouver son confort, le guidon peut s’ajuster à l’intérieur et à l’extérieur, ainsi que de haut en bas. Le cycliste profite de toutes ces caractéristiques en glissant sur les pneus Schwalbe Big Ben. Selon votre poids et votre vitesse, vous pouvez parcourir entre 15 et 30 km en mode électrique. Le vélo se vend une ligne sous les 5000 $.

 

Smart e-bike

Voici sans doute le plus sophistiqué des vélos électriques lancés en 2014. La marque allemande Grace a fabriqué un vélo pour Smart et le fabricant canadien BIONX s’est occupé du moteur électrique. Le vélo démarre en branchant l’écran BIONX situé au milieu du guidon, un élément de sécurité. Impossible de démarrer le vélo sans brancher l’écran. Simple d’utilisation, le vélo nous permet de visualiser le niveau d’assistance souhaité (4 niveaux) qui nous assure de rouler sans effort à plus de 32 km/h de moyenne. La récupération d’énergie (4 niveaux) permet de recharger la batterie durant les descentes et les freinages, comme une voiture hybride. L’autonomie électrique est de 100 km et le vélo se vend à plus de 4000 $ dans les concessions Smart.

 

Conclusion

Il existe encore bien d’autres exemples, entre autres Jeep, qui fabrique des vélos de montagne robustes à l’image de la marque. Ce qu’il faut retenir, c’est que les marques automobiles veulent transmettre leurs gènes à d’autres domaines que celui de l’automobile et passer le message à un plus large auditoire.

 

Catégories: Industrie

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

<