Sylvie Brunelle, directrice principale ventes financement automobiles Québec BMO

Les fraudes les plus courantes chez les concessionnaires automobiles

 

Ici, le client est vraiment qui il prétend être mais la mafia est derrière lui. L’acheteur est en fait un « poteau ».

« Admettons que je sois un professeur d’école avec un crédit A1, un bon revenu, tout le kit ! Puis quelqu’un me propose de gagner 2 000$ très facilement. Tout ce que j’ai à faire, c’est d’acheter une auto à mon nom et mon « contact » s’occupera des paiements », explique Mme Brunelle.

Le crime organisé utilisera l’auto pour livrer de la drogue un peu partout durant six mois ou un an. Pendant cette période, les mensualités sont religieusement payées. Mais dès que l’auto devient trop connue, on l’écarte du circuit, avec énormément de kilomètres au compteur, dans un état pitoyable et, bien sûr, les paiements cessent. L’acheteur reçoit un coup de fil du concessionnaire et répond, ahuri : « Mais pourquoi m’appelez-vous ? Ce n’est pas moi qui fait les paiements. »

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page