Sylvie Brunelle, directrice principale ventes financement automobiles Québec BMO

Les fraudes les plus courantes chez les concessionnaires automobiles

Le fraudeur utilise une ou deux fausses cartes d’identité, comme le permis de conduire. Sur celui-ci, les chiffres correspondent à notre date de naissance dans un ordre précis : le jour, le mois et l’année. Or le faussaire inverse fréquemment les chiffres. On pourrait donc détecter la fraude. Mais en concession, c’est souvent le vendeur qui demande la pièce d’identité. Il est tellement content de vendre un véhicule qu’il la regarde d’un œil distrait. Il refile le dossier au directeur commercial trop heureux de prendre la relève. Bref, personne n’examine attentivement la carte.

« Dans le doute, on conseille toujours au concessionnaire de demander deux pièces d’identité avec photo. Et même trois, dit Sylvie Brunelle. Le fraudeur vient souvent d’une autre province. Le véhicule sera luxueux (souvent plus de 50 000$) sans être extraordinaire. Mais pourquoi vient-il la chercher à 300 km de son domicile ? Posez-vous la question. Ou lorsque le client achète tous les produits sans négocier et, en plus, il arrive à 8h30 du matin et ça presse ! »

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page