Selon Juan Manuel Herrera de la Banque Scotia, le protectionnisme américain demeure une menace

Selon Juan Manuel Herrera de la Banque Scotia, le protectionnisme américain demeure une menace

Dans un rapport publié dans le Global Auto Report de la Banque Scotia, l’économiste Juan Manuel Herrera prévient que le protectionnisme américain pourrait avoir des répercussions.

iA-Financement

Depuis le début de l’année, les ventes automobiles ont affiché une croissance marquée dans les pays en voie de développement. Toutefois, cette croissance est possiblement menacée selon l’auteur du rapport présenté en juillet.

Jusqu’à maintenant, les ventes automobiles de 2018 dans les pays en voie de développement ont connu un plafonnement ou se sont rapprochées des maximums records. « L’économie mondiale demeure solide grâce à un renforcement de cette croissance basée sur les échanges mutuels entre pays à travers le monde. Mais une escalade du protectionnisme américain menace de freiner cette croissance globale », insiste Juan Manuel Herrera.

SiriusXM

Points forts des ventes automobiles des six premiers mois de 2018

  • Les ventes automobiles au Canada et aux États-Unis demeurent tout juste sous des maximums records où les valeurs sont en déclin de 1,7 % en glissement annuel en juin au Canada alors qu’elles montrent une croissance de 4,7 %, toujours en glissement annuel, pour la même période aux États-Unis.

Depuis le début de l’année, on remarque une légère augmentation des ventes dans les prairies canadiennes, mais des baisses dans l’Ouest du pays et dans les maritimes.

Les ventes ont diminué dans chacune des provinces de l’Atlantique affichant une diminution de 7,7 % en glissement annuel.

Les achats de véhicules dans l’Ouest sont en baisse de 1,1 % en glissement annuel après quatre mois consécutifs à la baisse.

  • Les tarifs douaniers imposés sur les véhicules importés aux États-Unis entraineront sans doute des représailles de la part des pays concernés.

Si les États-Unis imposent des tarifs douaniers à tous les pays, mais maintiennent l’exemption de taxes selon l’ALENA, l’impact ressenti par « Les trois grands » manufacturiers de Détroit (GM, Ford et Chrysler) sera relativement faible. En effet, la production automobile de l’ensemble des pays qui ne sont pas sous l’ALENA ne représente que 5 % des ventes aux États-Unis.

Une taxe à l’importation sur les voitures étrangères du Canada et du Mexique entrainerait un impact bien plus important des véhicules vendus aux États-Unis et menacerait davantage « Les trois grands ».

  • L’instabilité politique au Mexique a ralenti les ventes des véhicules pendant la période préélectorale soit de janvier à mai, avec une diminution en glissement annuel de 8,8 %.

Toutefois, les ventes devraient se rétablir d’ici la fin de l’année.

  • Depuis le début de 2018, la baisse des ventes automobiles au Royaume-Uni a suffisamment été importante pour entraîner une réduction des ventes en Europe de l’Ouest de 1,4 % en glissement annuel.

Les ventes automobiles de janvier à mai au Royaume-Uni sont en baisse de 6,8 % en glissement annuel et ce, en plus d’une économie secouée par le Brexit. En comparaison, les ventes de 2018 dans le restant de l’Europe ont augmenté de 3,2 % en glissement annuel jusqu’à maintenant.

Les ventes en Europe de l’Est ont grimpé de 6,3 % jusqu’à maintenant dû à une poussée des livraisons de voitures en Russie.

  • Dans les cinq premiers mois de 2018, les achats d’automobiles en Amérique du Sud ont éclaté particulièrement au Brésil et au Chili.

Les ventes au Brésil, le plus grand marché du continent, ont augmenté de 16 % en glissement annuel jusqu’à maintenant alors que le pays qui a connu une faible croissance en 2017 se remet toujours de la récession de 2015-2016.

Les ventes au Chili ont atteint un plateau à 25 % d’augmentation en glissement annuel après avoir connu deux années de faible croissance. Sur tout le continent sud-américain, les livraisons de véhicules ont augmenté de 2,2 % en glissement annuel en mai pour une augmentation de 14 % en glissement annuel jusqu’à maintenant.

  • Dans les derniers mois, une augmentation des ventes en Chine a entraîné une hausse des ventes pour la grande région Asie-Pacifique qui suit la faible performance de ce secteur en fin d’année 2017.

Pour consulter le rapport complet : http://www.scotiabank.com/content/dam/scotiabank/sub-brands/scotiabank-economics/english/documents/global-auto-report/GAR_2018-07-06.pdf

Catégories: Actualités, Industrie

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas dévoilée
Les champs requis sont indiqué*