Le Canada, un des pires endroits au monde pour les allers-retours au travail

L’une des tâches les plus pénibles au quotidien pour quantité de Canadiens est le besoin de réaliser l’aller-retour au travail. La pandémie a bien entendu chamboulé nos habitudes de ce côté, mais on sent un retour à la normale se pointer à l’horizon. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui ont retrouvé la voiture pour les trajets quotidiens, quand ce n’est pas le transport en commun qui sert à l’exercice. 

Est-ce partout ainsi à travers le monde. À quel endroit est-ce moins pénible ? À quel endroit est-ce le plus lourd ? 

Pour le savoir, les experts en assurance automobile du groupe Uswitch ont analysé une série de pays, de villes et de villages en tenant compte de la durée moyenne des trajets et des coûts reliés à l’exercice de se rendre au travail (prix de l’essence, des passes de transports en commun, etc.). Ils ont également cherché à savoir quels sont les endroits où les trajets domicile-travail sont les plus écologiques, en se basant sur le nombre de véhicules électriques et de bornes de recharge sur les routes.

 

Mauvaise nouvelle pour le Canada qui est désigné comme le troisième pire pays au monde pour les déplacements. 

Les résultats sont amusants à consulter, mais il faut les prendre avec un grain de sel, car chaque pays n’a pas la même réalité. Par exemple, l’Islande est le pays où le temps moyen pour se rendre au travail est le plus court à 15 minutes. Tout est à proximité là-bas. En raison de notre réalité géographique, un tel objectif relève de la science-fiction.

Pour l’accès aux bornes de recharge, il est cependant intéressant de constater que c’est la Norvège qui se classe en tête ; on connaît l’engagement et l’avance de ce pays en matière d’électrification des transports. 

Quant à notre performance individuelle, on se débrouille mieux avant un prix de l’essence plus bas (l’étude a été réalisée avant la dernière hausse), mais on fait piètre figure en matière d’émission de CO2, ce qui est nul doute attribuable aux grandes distances parcourues de ce côté-ci de la planète, ainsi qu’aux plus gros véhicules qui sont roulés chez nous. 

Le tableau qui suit indique bien à quel endroit on fait mieux et moins bien que les deux pays où les trajets entre la maison et le travail sont difficiles, notamment l’Irlande et l’Angleterre qui font pire que nous. 

Quant aux trois pays où c’est le plus simple, on parle de la Turquie (faible coût pour l’essence et le transport en commun), de l’Autriche (souci environnemental et faibles coûts pour le transport collectif) et de la Roumanie (coûts minimes pour le transport en commun et faibles émissions polluantes).

Comme mentionné, ce genre d’études est à prendre avec un grain de sel, mais elle nous permet néanmoins de quelle façon on se mesure face à d’autres pays et aussi dans quels domaines il est toujours possible de faire mieux. 

 

Line vers le document de recherche: https://www.uswitch.com/car-insurance/guides/global-commuting-index/

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour en haut