L’AVEQ et Turo : un partenariat pour augmenter le nombre de VÉ sur les routes

L’AVEQ et Turo : un partenariat pour augmenter le nombre de VÉ sur les routes

Le cap des 100 000 véhicules électriques sur les routes du Québec sera-t-il atteint d’ici la fin de l’année comme le souhaite le gouvernement ? En tout cas, l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) prend les moyens pour que cet objectif se réalise.

L’organisme vient de s’associer avec Turo, la plus importante plateforme d’autopartage qui compte plus de 14 millions de membres et plus de 450 000 véhicules répertoriés à travers la planète.

Cox Automotive

L’autopartage pour mousser l’essai de véhicules électriques

« L’autopartage offert par Turo est un excellent moyen de mettre plus de véhicules électriques à la disposition d’un plus grand nombre de conducteurs », indique Simon-Pierre Rioux, président de l’AVÉQ. 

Les membres de l’AVEQ, dit-il, savent très bien que vivre l’expérience d’une voiture électrique est le meilleur moyen d’amener un conducteur à considérer ce type de véhicule comme une option souhaitable pour tous ses besoins de déplacement. « Grâce à ce partenariat, nous nous attendons à ce que nos membres présents sur Turo proposent davantage de modèles partout dans la province », ajoute-t-il.

CarFax

 

Selon les données de Turo, les propriétaires de VÉ au Québec ont gagné en moyenne 751$ par mois en partageant leur voiture. C’est 50$ de plus que la moyenne canadienne pour tout type de véhicule confondu. 

VÉ : des véhicules populaires

Actuellement, plus de 5 % des véhicules répertoriés sur Turo au Québec sont justement des véhicules électriques, soutient Cédric Mathieu, vice-président et responsable du Canada chez Turo. C’est cinq fois plus de véhicules électriques que la moyenne provinciale qui correspond à 1% des véhicules sur la route. Parmi les trois véhicules électriques les plus recherchés par les utilisateurs de Turo, mentionnons la Tesla Model 3. La Tesla Model X et la Nissan Leaf.

« Nous croyons qu’en rendant les véhicules électriques plus accessibles aux Québécois, nous pouvons également contribuer à accroître l’adoption des voitures électriques dans la province, puisque de plus en plus de conducteurs auront la possibilité de prendre le volant », estime Cédric Mathieu.

Selon les données de Turo, les propriétaires de VÉ au Québec ont gagné en moyenne 751$ par mois en partageant leur voiture. C’est 50$ de plus que la moyenne canadienne pour tout type de véhicule confondu. 

 

La plateforme Turo souhaite établir des partenariats avec les concessionnaires pour mousser l’attrait des véhicules électriques.

Un moyen pour mousser les véhicules électriques

La plateforme Turo souhaite établir des partenariats avec les concessionnaires pour mousser l’attrait des véhicules électriques. Actuellement, Turo et Nissan ont une entente aux États-Unis. Le constructeur japonais aurait une flotte de véhicules électriques relativement importante là-bas. 

Par contre, au Canada, il n’y a pas de partenariat existant pour le moment. « Mais Turo est tout à fait ouvert à discuter avec des concessionnaires qui voudraient rendre disponibles leurs véhicules sur la plateforme pour des essais routiers prolongés », soulève Cédric Mathieu.

En attendant, en date du 31 août, le Québec comptait près de 82 000 véhicules électriques sur la route, peut-on lire sur le site de l’AVEQ.

 

 

Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

Claudine Hébert

Passionné de sports et de plein air, de tourisme d’affaires et tout ce qui touche l’univers des PME, Claudine Hébert a collaboré pour de nombreux médias, dont La Presse, Reuters, Ski Presse, Coup de Pouce et Bel ge. Actuellement, elle travaille régulièrement pour le Journal Les Affaires et les magazines Affaires Plus, Camping-Caravaning, Rando-Québec et Automédia.

écrire un commentaire

<