La voiture de l’avenir

La ville de Seattle songe déjà à une forme de gestion globale de la circulation automobile avec la programmation des feux rouges. La cité deviendrait programmable avec toutes ces entités, un système à l’image du contrôle du trafic aérien. D’autres entrevoient un zonage des villes : une zone purement urbaine parcourue par des voitures complètement autonomes intégrées dans un système de gestion du transport et une zone périphérique où les conducteurs reprennent le volant et peuvent vivre l’expérience de conduite. À ce chapitre, John Ellis est ferme, « le conducteur a encore sa place dernière le volant.»

Mais avec cette nouvelle réalité d’autonomie des véhicules vient une foule de questions au sujet de la sécurité et de la responsabilité. Qui prend les décisions, le véhicule ou le conducteur? Lorsque deux véhicules autonomes entrent en collision, qui est responsable? Si les propriétaires ne mettent plus jamais les mains sur le volant, est-il nécessaire d’apprendre à conduire? Autant de questions auxquelles la société devra répondre avant de mettre des véhicules entièrement autonomes sur les routes.

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page