La concession Volvo en Amérique du Nord à afficher la nouvelle image de la marque

À la fin de novembre et seulement quelques jours après avoir inauguré les locaux de Lamborghini Montréal, la famille Scotti a de nouveau convié la presse, cette fois pour admirer le réaménagement de la franchise John Scotti Volvo, le long du boulevard Métropolitain, à St-Léonard. Une rénovation de deux millions de dollars qui s’est étalée sur neuf mois mais sans interrompre les opérations quotidiennes de la concession, ce qui est un exploit en soi.

« Cet établissement est le premier en Amérique du Nord à afficher la nouvelle image de Volvo », a fièrement commenté Marc Engelen, le président-directeur général de Volvo Canada, flanqué d’Hugues Bissonnette, son directeur régional pour l’Est du pays.

Ambiance détendue

La douzaine de véhicules exposés sont éparpillés sur un plancher de larges tuiles de céramique grise. Elles forment ce que l’architecte Shawn Houghtling appelle la « rue » du bâtiment. Niché au fond, un salon meublé à la scandinave : beau bois et tissus colorés. On a juste envie de s’y installer pour placoter et siroter un café servi à côté.

Les plafonds sont hauts, très hauts, porteurs d’un éclairage au LED qui fait ressortir les teintes chatoyantes des automobiles. Les énormes murs blancs chassent la lourdeur et communiquent plutôt une impression d’élégance sobre. On arpente cette grande salle avec le cœur léger, comme si on se trouvait dans le loft d’un ami.

La fenestration surprend. On se serait attendu à ce que l’architecte tire profit du trafic très dense des boulevards Métropolitain et Crémazie (dont la rumeur est étouffée une fois à l’intérieur) en élevant une falaise de vitres où tout le monde aurait pu tout voir tout le temps. Mais non. La majorité des fenêtres sont givrées, à l’exception de deux vitrines aux extrémités du bâtiment qui chacune dévoile une rutilante auto. De l’extérieur, c’est comme si on la contemplait à l’intérieur de son emballage. On donne au passant un aperçu de ce qui l’attend mais il doit pousser la porte centrale pour admirer la collection en entier. Pas bête.

Le comptoir des pièces et celui des conseillers techniques relaient la même transparence, tout comme la baie vitrée qui permet au client de voir comment le technicien dorlote son bien. L’atelier de service est équipé d’élévateurs modernes en ciseau et les outils sont rangés de façon maniaque, tels les instruments d’un chirurgien.

Tout a été conçu pour rassurer le client, le mettre en confiance. « Quand on va à l’hôpital, on veut parler au docteur, pas seulement à l’infirmière. Ici, le client peut s’adresser directement à la personne qui soigne son automobile », conclut Shawn Houghtling, visiblement lui-même très fier de son bébé !

[Best_Wordpress_Gallery id= »1″ gal_title= »Volvo »]

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page