Fraude chez les concessionnaires: six trucs pour éviter de tomber dans le piège

Nous avons demandé à nos experts comment les fraudeurs ont l’habitude d’opérer. Voici quelques indices qui, en général, ne trompent pas et évitera que votre concessionnaire tombe dans le piège.

 

Le client qui vient de loin

Dès que l’adresse du client est située dans une province voisine ou dans une ville à plus d’une heure de la concession, des drapeaux rouges devraient se lever, indique Luigi Mancini, de Financement auto TD.

 

Méfiez-vous des demandes de transit

Un véhicule ne devrait jamais quitter la concession avant d’avoir été préalablement immatriculé. « Près de 90 % des fraudes relèvent de véhicules dont les voleurs ont bénéficié de transit », soutient Martine Drolet, de Banque Scotia.

 

 

Vérifiez la validité du permis de conduire

En plus d’exiger une deuxième pièce d’identité, testez la validité du permis, conseille Martine Drolet. Pour distinguer un faux permis d’un vrai, laissez-le tomber sur votre bureau. Un faux permis sonne comme une carte de crédit. Le vrai a un son plus métallique. 

 

 

Méfiez-vous des dernières journées du mois

Les fraudeurs vont régulièrement tenter leur escroquerie lors de la dernière semaine du mois. Une période fort occupée dans les concessions, fait valoir Normand Bergeron, de Desjardins. 

 

 

La tactique de la distraction

Plus du tiers des fraudeurs, expose Martine Drolet, emploient la tactique de la distraction. « Ils arrivent accompagnés de leur conjointe (ou d’un conjoint) et d’un ou deux enfants très turbulents », dit-elle. Lors de leur rencontre dans le bureau du service financier, ils profitent de l’inattention du directeur ou de la directrice pour fournir de l’information incohérente. Par exemple une adresse résidentielle à Montréal, un numéro de téléphone à Trois-Rivières pour le travail et un numéro de téléphone à la maison qui correspond… à une adresse en Abitibi. « Quand ça bouge trop vite, que le client semble vous mettre de la pression, prenez une pause. Proposez-leur quelque chose à boire et profitez-en pour demander à un ou une collègue de jeter un coup d’œil aux informations données, de vérifier les profils Facebook.. »

« Certains fraudeurs vont même inverser les chiffres de la date de naissance », avertit à son tour Sylvie Brunelle, de BMO.

 

 

Suivez votre instinct

« Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à le signaler à votre institution financière, conclut Luigi Mancini. Nous avons les équipes pour faire toutes les vérifications. » 

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page