Dossier banques AutoMédia

Financement auto: La multiplication des produits

 

DESJARDINS

Claude Moureaux, conseiller stratégique chez Desjardins
Claude Moureaux, conseiller stratégique chez Desjardins

Avec l’apparition de marchands virtuels et le P2P (transactions entre personnes), il y aura plusieurs transformations numériques permettant un financement entièrement complété en ligne.

Avez-vous développé ou êtes en voie de développer des produits spécifiques ?

Pour les véhicules électriques et hybrides, nous avons un taux vert très bas permettant aux clients d’avoir un incitatif supplémentaire pour en encourager l’achat. Nous allons également financer des taxis 100% électriques avec un modèle d’affaires à l’avantage des chauffeurs.

Parallèlement à ces nouveaux produits, avez-vous développé ou êtes en voie de développer de nouveaux services ?

Nous avons développé un site web de communauté exclusif à nos marchands (www.1-desjardins.com) où ils y retrouvent une panoplie d’outils et de données leur permettant d’optimiser les affaires de leur concession. Nous mettons en relation nos membres qui recherchent un véhicule avec les marchands dans leur localité.

Traitez-vous le financement d’une voiture achetée en ligne différemment des autres achats effectués chez le concessionnaire ?

Le traitement reste le même pour l’instant, mais nous évoluons vers une numérisation complète du processus de financement avec des signatures et documents électroniques. Avec l’apparition de marchands virtuels et le P2P (transactions entre personnes), il y aura plusieurs transformations numériques permettant un financement entièrement complété en ligne.

Quelles sont les préoccupations actuelles et à venir des institutions financières ?

Nos principales préoccupations sont l’augmentation des taux face au niveau d’endettement et l’allongement des termes et l’augmentation des équités négatives (ballons) incluses dans les prêts.

Quels nouveaux marchés avez-vous dans votre mire ?

D’une part, nous cherchons à améliorer l’offre pour le secteur commercial et l’agriculture. D’autre part, le financement de véhicules entre personnes est une solution que nous demandent nos membres. Enfin, certains marchés émergents dans les véhicules de loisirs nous semblent intéressants.

Êtes-vous inquiets – perte de parts du marché – face aux nouvelles entités financières qui émanent des manufacturiers?

Non, les consommateurs se sentent toujours plus rassurés de faire affaire avec leur institution financière. Les manufacturiers choisissent typiquement les meilleurs risques et n’ont pas une offre qui satisfait l’ensemble de la population. Ce n’est pas qu’une question de technologie, il faut avoir de l’argent à prêter. Ces entités ont parfois des enjeux à régler avant d’obtenir le capital nécessaire pour opérer.

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page