Scion C-HR concept

Fin de Scion: Un mal pour un bien?

 

L’OPINION DE DEUX CONCESSIONNAIRES

 

Denis Archambault

Le gars de montréal

Denis Archambault ne vendait pas Scion, non pas par manque d’intérêt mais bien par manque d’espace à sa concession Alix Toyota de la rue Delorimier, à Montréal. Il n’en pense pas moins ceci : « L’idée de départ pouvait se défendre mais, dès la 4e année, on a vu les ventes descendre, le concept s’émousser, particulièrement aux États-Unis.

« Durant tout ce temps, il y avait deux associations de publicité, deux équipes de marketing, deux de tout. À mon avis, on aurait dû tout étiqueter Toyota et n’utiliser qu’un seul budget, qu’une seule équipe, etc. Je vois donc ce qui arrive à Scion comme une bonne chose.

« Bien sûr, si les ventes avaient été de 300 000 annuellement, on n’en serait pas là. Pendant des années, Toyota s’est obstinée puis quelqu’un s’est réveillé et a décidé de lâcher le morceau. Le cheval n’était peut-être pas mort mais il n’était pas fort…

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page