Des partenaires immobiliers pour accélérer la croissance de son groupe de concessionnaires 

Pour réussir sa colossale expansion, le Groupe Olivier entend maintenir un rythme d’acquisition de cinq à six concessions par année. Et il compte bien y parvenir avec l’aide d’un partenaire financier de taille : Automotive Properties Reit (APR), soit la seule fiducie de placement immobilier consacrée à l’industrie automobile au Canada. 

« C’est nous qui avons approché APR afin qu’elle finance la portion immobilière de nos acquisitions, signale Jacques Olivier, qui considère comme extraordinaire ce levier financier. Grâce à cette entente, nous évitons d’avoir à débourser une mise de fonds équivalant à plusieurs centaines de milliers de dollars. C’est APR qui s’en occupe en devenant propriétaire de l’infrastructure. Ainsi, nous pouvons nous concentrer uniquement sur l’acquisition des opérations de la concession. » 

Ce modèle d’affaires sous-entend des frais de location mensuels. Selon les calculs du Groupe Olivier, il demeure plus avantageux de verser un loyer que de rembourser une hypothèque sur l’immobilier. « De plus, les ententes avec APR prévoient un partage des dépenses lorsque les constructeurs exigeront, pour leur nouvelle image, une mise à niveau de leur concession », ajoute le concessionnaire averti. 

Notez que pour chaque concession, le Groupe Olivier désigne une personne clé à la direction générale. « Sans être un associé, ce dirigeant ou dirigeante participe au profit de la concession », indique-t-il.

 

Mach Capital s’invite également au bal

Mach Capital participe, elle aussi, au développement de l’industrie automobile de la province. Cette société d’investissement, filiale du Groupe Mach, le plus important gestionnaire et propriétaire immobilier commercial du Québec, détient des parts, pouvant aller jusqu’à 50 %, dans cinq concessions du Grand Montréal (quatre de Groupe Gravel et celle de Volvo Cars Mont-Royal, présidée par Christian Morin).

Pourquoi s’intéresser à l’industrie immobilière automobile lorsqu’on gère et possède près de 40 millions de pieds carrés, incluant plusieurs fleurons québécois tels que l’édifice Sun Life, le 1000 De La Gauchetière, la Tour CIBC et la Place Victoria à Montréal ?

« C’est un concours de circonstances qui a mené Mach Capital à s’intéresser à ce marché il y a une dizaine d’années », répond Vincent Chiara, président et fondateur de Groupe Mach. C’était notamment, dit-il, pour aider un ami (Jean-Claude Gravel). Et les concessions automobiles sont, après tout, un volet de l’immobilier commercial. « Quoique le risque d’investir dans ce type de bâtiment demeure plus élevé que dans bien d’autres secteurs, contrairement à des immeubles de bureaux ou de centres commerciaux, qui peuvent accueillir plusieurs types de locataires, le bâtiment d’une concession automobile présente très peu d’options. Il n’est pas aussi facilement recyclable qu’un autre espace commercial. La principale valeur de l’investissement repose donc essentiellement sur le terrain occupé par le bâtiment », explique cet investisseur.

N’empêche que Vincent Chiara semble de plus en plus apprécier le fait de composer avec ce « risque ». Mach Capital s’apprête à financer un vaste projet de construction impliquant l’ouverture de quatre concessions sur le territoire de la Rive-Nord de Montréal. « Je ne peux pas en dire plus pour le moment. Les détails seront dévoilés plus tard cet automne », conclut M. Chiara. Un dossier à suivre.

 

Sur la photo d’entête

Vincent Chiara, président et fondateur de Groupe Mach et Jacques Olivier, président du Groupe Olivier.

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page