Daniel Héraud

Daniel Héraud : « Je n’écris pas un roman. Je donne les faits. » 

Daniel Héraud, qui avait créé le livre Carnet de route en 1986, est décédé le 9 juillet dernier. Il avait 78 ans. Comme plusieurs journalistes automobiles, il a eu un parcours imprévisible. 

 

De pompiste à travailler avec Jacques Duval

Né en Provence, en 1943, il vit son adolescence en Algérie, sa famille suivant les déplacements d’un père militaire. Au lycée, il rencontre Michel Benchimol, futur président de Mazda Canada, avec qui il se lie d’amitié. Mais un nouveau déménagement a tôt fait de les séparer.

Après des études en génie électronique, Daniel travaille pour Électricité de France, puis part à l’aventure. Il débarque au Québec la tête pleine d’idées, dans la jeune trentaine, mais se heurte à un mur en tentant de faire reconnaître sa formation. 

Faute de mieux, il est d’abord pompiste, raconte-t-il à Rémi-Gilles Tremblay du Progrès Dimanche. Il travaille ensuite pour Lionel, un fabricant de roulottes, avant de se joindre à l’équipe de Jacques Duval, en 1976, pour participer à la rédaction du Guide de l’auto. Mais cette alliance ne dure pas car les deux hommes se rendent compte assez vite qu’ils ont l’un et l’autre la mèche un peu courte…

 

Carrière de journaliste automobile 

Daniel s’en va donc faire cavalier seul… pour rivaliser avec Duval ! Grâce aux Éditions de l’Homme, il publie Le Guide de l’automobile 1978, son tout premier livre. Dès lors, on commence à le lire dans différents médias, dont Le Devoir, où il signera une rubrique pendant plusieurs années. 

 

Il était intègre et ne coupait jamais les coins ronds. Il n’avait pas de parti pris et il restait toujours objectif. Il a été mon mentor » – Benoit Charette, journaliste automobile et éditeur de L’Annuel de l’automobile. 

 

C’est à cette époque qu’un jeune Benoit Charette le rencontre. « J’étais journaliste à Radio-Canada et Daniel y était régulièrement invité pour commenter l’actualité automobile. Il était intègre et ne coupait jamais les coins ronds. Il n’avait pas de parti pris et il restait toujours objectif. Il a été mon mentor », dit Benoit.

 

« Duval écrit très bien, ce que je ne ferai probablement jamais. Il parle plus de ses coups de coeur et de beaucoup de voitures sport. Moi, je m’intéresse au côté technique, je vulgarise. Bref, nos livres sont complémentaires. » – Daniel Héraud

 

Dans un autre entretien avec Jean-Paul Ricard de La Presse, Daniel confirme : « Je n’écris pas un roman. Je donne les faits et je m’en tiens aux faits. » Face à Stéphane Champagne de La Voix de l’Est, il renchérit : « Duval écrit très bien, ce que je ne ferai probablement jamais. Il parle plus de ses coups de coeur et de beaucoup de voitures sport. Moi, je m’intéresse au côté technique, je vulgarise. Bref, nos livres sont complémentaires. » 

La consécration survient lorsque Microsoft le choisit pour alimenter CarPoint en données techniques. Conclue en 1995, cette entente dure cinq ans. Bien entendu, Michel Benchimol l’en félicite. Car l’ancien collègue de lycée en Algérie a lui aussi émigré au Canada, travaillé pour AMC et Nissan avant d’entrer chez Mazda Canada, en 1987, où il deviendra ultimement président jusqu’à sa retraite, en 2007. 

Le destin des deux hommes continue de se ressembler puisque lorsque Michel se retire à Toronto, loin des médias, Daniel fera de même après la sortie de son dernier Carnet de route, en 2002. Il devient aubergiste à Saint-Hubert et laisse derrière lui cet univers de l’automobile qui l’aura si longtemps enthousiasmé. 

C’est justement en 2002 que Benoit Charette, son « dauphin », cofonde L’Annuel de l’automobile avec Michel Crépault, l’éditeur d’AutoMédia. Après avoir secondé Daniel de 1992 à 2001 pour publier Carnet de route année après année, de même que Road Report, sa version anglaise, Benoit a en quelque sorte poursuivit la tradition implantée par Daniel Héraud, devenu un ami.

« Sans lui, je ne ferais sans doute pas ce métier », confesse celui qui aujourd’hui dirige seul les rênes de L’Annuel de l’automobile, digne héritier de l’œuvre d’un collègue que nous n’oublierons pas. 

 

 

Sur le collage en en-tête: 

(Dans le sens des aiguilles d’une montre) un portrait de Daniel Héraud pris à la volée lors d’un événement de presse en Californie, en juillet 2000; Daniel Héraud avec Lada en Russie, en 1987; Daniel Héraud (g.) et Benoit Charette lors du lancement de l’édition 1994 des livres Carnet de route et Road Report; quelques ouvrages publiés par Daniel Héraud durant sa carrière.Photos : Benoit Charette, Carnet de Route et Luc Gagné

 

Partagez l'article

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page