Cox Automotive s’attaque aux distractions au volant

Cox Automotive s’attaque aux distractions au volant

On croit qu’un petit joint pour la route, une soirée arrosée ou un «J’aime» de la photo du petit minou de son meilleur ami n’a jamais tué personne. Sauf que…

Selon les données de Statistique Canada, 70 000 cas de conduite avec facultés affaiblies sont signalés chaque année, pouvant causer 1400 décès sur les routes canadiennes (selon l’organisme MADD Canada). L’envoi de textos au volant augmente de 23 fois les risques d’accident, selon des données du Bureau d’assurance du Canada.

C’est le sujet auquel s’attaque Cox Automotive Canada avec une campagne publicitaire choc lancée le mardi 5 décembre afin de rappeler aux conducteurs les dangers de l’alcool et de la distraction au volant. Il s’agit d’une initiative du programme du programme de responsabilité sociale Cox Cares, qui soutient des œuvres de bienfaisance partout au Canada.

Trois courtes vidéos en anglais et en français de moins d’une minute montrent quelles conséquences pourraient avoir les distractions, telle que la consommation de cannabis, d’alcool ou le fait de texter au volant. «Chaque jour, la conduite avec facultés affaiblies tue quatre personnes par jour au Canada», dit la présidente de Cox Automotive, Maria Soklis, à la fin des courtes vidéos.

COX AUTOMOTIVE COX AUTOMOTIVE COX AUTOMOTIVE

La campagne sera diffusée sur les canaux de Cox Automotive Canada pendant les Fêtes et mettra en vedette plusieurs cadres de ses divisions Dealertrack et de NextGear Capital.

Cox Automotive regroupe 10 services reliés à l’automobile offrant des ressources pour les concessionnaires et constructeurs, dont notamment les encans Manheim, le site de solutions de technologies intégrées pour le secteur de la vente automobile au détail, Dealertrack et NextGear Capital. Cox Automotive compte plus de 40 000 clients dans le monde.

Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

Paul-Robert Raymond

Actuellement journaliste pupitreur à temps plein au quotidien Le Soleil à Québec, Paul-Robert Raymond collabore également dans les pages Auto et rédige également des textes sur l’aviation dans le même journal. Il a fondé le Magazine AutoLogique dans les années 1990, dans la foulée de l’émergence d’Internet.

écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas dévoilée
Les champs requis sont indiqué*