COVID-19 : 7 stratégies pour aider les concessionnaires à gérer le manque de liquidité dû à la crise

Concessionnaires Finances

Au moment d’écrire ces lignes, cela faisait sept jours que l’isolement avait été décrété, et tout portait à croire que la crise n’en était qu’à ses débuts. La majorité des concessionnaires ont soit cessé complètement leurs activités ou réduit au minimum 75 % de leurs effectifs. La demande est en baisse, les salles de montre sont vides et le service tourne au ralenti pour la plupart. Selon les annonces du gouvernement les plus récentes, nous devons nous attendre à ce que les concessionnaires demeurent fermés ou roulent à bas régime en avril. Collaboration spéciale de Maxime Théorêt, CPA, CA, Autocap / DSMA

Cela mettra beaucoup de pression sur les liquidités des entreprises. Malheureusement, cette situation arrive au moment où les ventes et les profits devaient être au rendez-vous avec le printemps qui arrive. 

Dealer

Heureusement, plusieurs options s’offrent aux concessionnaires en ce temps de crise afin de renflouer les coffres et de bien naviguer dans cette tempête.

 

 

7 stratégies pour gérer le manque de liquidité dû à la crise
7 stratégies pour gérer le manque de liquidité dû à la crise

Voici le top 7 des stratégies principales, par ordre de recommandation.

 

1) Trésorerie et équivalents de trésorerie de l’entreprise

Il s’agit de prévoir les besoins sur la base de l’encaisse actuelle. Plusieurs concessionnaires planifient leurs besoins en trésorerie en fonction des mois d’hiver à traverser, qui sont plus lents sur le plan des ventes, puis renflouent les coffres à l’arrivée du printemps. Cela fait en sorte qu’en ce temps-ci de l’année, en raison de la saisonnalité des activités, le niveau d’encaisse chez les concessionnaires est à son plus bas. 

Toutefois, certains peuvent compter sur des placements à court terme ou des dépôts appliqués contre le financement de gros qui peuvent être convertis en liquidité rapidement et sans frais. Le taux d’intérêt effectif sur ces fonds devient le coût de renonciation. Par exemple, liquider un certificat de placement garanti (CPG) qui porte intérêt à 1,5 % annuellement pourrait vous permettre de financer vos opérations à un taux effectif de 1,5 %, car vous renoncerez à ce rendement. Il s’agit sans aucun doute du coût le plus faible et flexible de financement dont vous pouvez bénéficier.

 

2) Augmenter le financement d’inventaire « floorplan »

Certains concessionnaires ont de l’équité dans leur inventaire de véhicules et, tout en respectant les ratios de leur source de financement, il peut leur être possible d’augmenter le niveau d’endettement sur cet inventaire et d’en dégager des liquidités. Ceci est valable sur les véhicules neufs ainsi que les usagés. 

Ce financement possède un coût habituellement moindre par rapport à d’autres types de dettes et de prêts offerts par les institutions financières. Il est aussi très rapide à obtenir sous forme de liquidité. Si cette option est accessible, il s’agit de la meilleure dette à contracter pour combler vos manques de liquidités dans le court terme.   

 

3) Marge de crédit

La plupart des concessionnaires utilisent déjà des marges de crédit à des taux relativement faibles. Comme ces marges sont déjà présentes, négociées et approuvées par la banque, il vous sera possible et aisé de vous en servir pour répondre aux besoins de trésorerie à court terme. 

Les marges de crédit donnent beaucoup de flexibilité en ce qui concerne les termes et conditions ainsi que les modalités de remboursement, qui sont à l’entière discrétion du client. Ainsi, il n’y a pas d’engagement à long terme ou de niveau d’utilisation minimal. Une fois cette crise terminée, la marge pourra être remboursée et les intérêts seront chargés seulement sur la portion utilisée pour la durée utilisée. Un autre avantage majeur est qu’aucun paiement mensuel n’est exigé autre que le paiement des intérêts, contrairement à un prêt avec remboursement mensuel en intérêt et capital.

 

 

4)Injection de capital

Certains entrepreneurs qui ont fait des réserves et qui ont accumulé des actifs pourraient y prélever ce dont ils ont besoin. Souvent, grâce aux autres entreprises qu’ils détiennent, aux sociétés de gestion/placements ou à leurs finances personnelles, ils pourront utiliser ces fonds temporairement pour aider l’entreprise. 

Le coût de renonciation est à considérer. Il faut prévoir que la somme qui sera accordée à la concession se fera en tant que prêt dont la durée pourrait être d’au moins douze mois, possiblement plus longtemps.

Partagez l'article

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest

PUBLICITÉ

Fairstone

PUBLICITÉ

NOS PARTENAIRES

Retour haut de page
Dealer