Centre de formation automobile du Québec : Une affaire d’éducation et de famille

Mais pourquoi un concessionnaire devrait-il offrir des formations professionnelles à tous ses employés ? En ce qui concerne le conseiller en vente, « cela permet au directeur des ventes de se concentrer sur son propre travail. Ce directeur n’a pas le temps, ne possède pas nécessairement les habiletés pour enseigner et n’est pas un spécialiste en relations humaines », fait remarquer Jean-Robert St-Georges. «Et puis, il est faux de croire que le directeur partagera tous ses trucs. N’oublions pas que ces nouveaux conseillers deviennent en fait des concurrents. »

De toute façon, le directeur des ventes aura fort à faire auprès d’un conseiller nouvellement formé. Jean-Robert St-Georges lui aura fourni les bases mais c’est ensuite à l’équipe du commerce de l’appuyer, un encadrement dans le milieu de travail qui s’avère souvent une lacune.

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page