CarrXpert veut sortir de l’anonymat avec sa première campagne de notoriété

CarrXpert veut sortir de l’anonymat avec sa première campagne de notoriété

Dans l’ombre de Fix Auto dans l’imaginaire collectif, la bannière d’ateliers de carrosserie CarrXpert veut se sortir de l’anonymat en lançant sa première campagne de notoriété.

 

 

Can Night

Même après 17 années d’existence, la bannière affiliée à la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec (CCAQ) peine à être connue du grand public, malgré qu’elle ait plus d’ateliers de débosselage associés que Fix Auto (180 contre une centaine).

«Lorsque je suis arrivé en poste en 2015, Fix Auto avait changé son positionnement pour qu’il soit tourné vers le consommateur», explique Jean-François Gargya, directeur général de CarrXpert, cité dans un article d’InfoPresse. «La marque a alors réussi un grand coup en installant le nom “Fix Auto” dans la tête des consommateurs.»

Jean-François Gargya, directeur général de CarrXpert

 

Cela s’explique par le fait que le modèle d’affaires de CarrXpert, élaboré avant 2015, était essentiellement tourné vers les concessionnaires. Ce qui a donné comme résultat que 340 concessionnaires automobiles exploitent plus de 190 ateliers sous cette bannière, qui est souvent invisible de l’extérieur.

«La particularité dans le cas de CarrXpert, c’est que ses ateliers sont en quelque sorte invisibles pour les consommateurs», confirme Jean-François Bernier, président et directeur de création d’Alfred, lui aussi cité par InfoPresse.

Jean-François Bernier, président et directeur de création d'Alfred

Jean-François Bernier, président et directeur de création d’Alfred

 

Pour changer la donne, CarrXpert a confié à la firme de création publicitaire Alfred la réalisation de quatre vidéos de six secondes, rappelant les fameuses petites annonces du câble des années 1980 et 1990. Ces vidéos seront diffusées sur le Web, car c’est dans ce médium que les consommateurs cherchent leurs renseignements et les ateliers à proximité lorsque survient un incident.

Gargya ajoute que la cible primaire est l’homme âgé de 18 à 45 ans.

«Malgré les clichés, il s’agit d’un homme de 18 à 45 ans qui possède un véhicule de zéro à cinq ans parce que, encore aujourd’hui, la décision d’achat pour ce type de service est plus le propre des hommes», dit-il.

Exemple de publicité Web de CarrXpert

 

Campagne «court-circuitée»

Mais d’abord, l’agence Alfred avait aussi été mandatée pour l’élaboration d’un coup d’éclat pour CarrXpert. L’agence voulait souligner l’expertise des ateliers en lançant dans un derby de démolition une Honda Civic flambant neuve, le 15 septembre dernier, devant une foule de 3500 spectateurs. Cette Civic, une fois rendue à un état de presque perte totale, a été complètement remise à neuf dans un atelier CarrXpert.

Cependant, la vidéo officielle n’avait pas été complétée et un spectateur avait filmé la démolition de la Civic au Derby de Saint-Amable. Sa vidéo avait cumulé plus d’un million de visionnements sur Facebook.

CarrXpert souhaite améliorer sa notoriété à la suite de cette campagne. «Avant cette offensive, notre notoriété se situait à 1,8 %, la plus basse de l’industrie, alors que Fix Auto était à 14 %. Si après cette initiative, la notoriété augmente à 4 % ou à 5 %, je serais bien ravi. Et avec l’hiver qui a commencé plus tôt cette année, notre campagne tombe juste au bon moment», conclut le directeur général de CarrXpert, toujous cité par InfoPresse.

Cette offensive média se poursuivra aux Salon de l’auto de Montréal en janvier et à celui de Québec, en mars prochain. La Honda Civic sera exposée lors de ces deux événements.

Honda Civic Démolition CarrXpert

Cliquer sur l’image suivante pour voir la vidéo amateur de la Honda Civic 2018 utilisée par CarrXpert lors d’un derby de démolition

 

 

 

 

iA-Financement
Catégories: Actualités

À propos de l'auteur

Paul-Robert Raymond

Actuellement journaliste pupitreur à temps plein au quotidien Le Soleil à Québec, Paul-Robert Raymond collabore également dans les pages Auto et rédige également des textes sur l’aviation dans le même journal. Il a fondé le Magazine AutoLogique dans les années 1990, dans la foulée de l’émergence d’Internet.

écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas dévoilée
Les champs requis sont indiqué*