CarProof : Le détective des véhicules d’occasion

CarProof : Le détective des véhicules d’occasion

À l’œuvre depuis une quinzaine d’années, CarProof offre davantage que des rapports d’historiques de véhicule. Nous avons rencontré Joe Varkey, Vice-Président, marketing et communications pour nous présenter les produits et les aspirations de cette compagnie canadienne.

Eh oui, contrairement à la croyance populaire, CarProof est bel et bien une société née au pays, ayant son siège social à London. En tout, 65 employés travaillent au bureau ontarien appuyés d’une vingtaine d’autres représentants. Au Québec, huit personnes bilingues se partagent le territoire dont deux dédiées au service à la clientèle. Pour ce dernier, Joe Varkey est fier de souligner que toute demande est traitée par de vraies personnes en chair et en os, une façon de faire malheureusement en voie de disparition.

Tout a commencé alors qu’un acheteur, Paul Anthony, s’est procuré une flotte de véhicules canadiens avec l’intention de les revendre aux États-Unis. Avant la transaction, il apprend que tous les véhicules sont associés à des droits de rétention. Ne serait-il pas merveilleux d’avoir un service pancanadien qui puisse identifier ces liens? se dit-il. L’idée était née et avec quatre partenaires, Paul Anthony fonde CarProof en 1999.

Aujourd’hui, plus de 1 200 membres/concessionnaires et marchands du Québec utilisent les services de CarProof. Les membres peuvent bénéficier de taux avantageux, mais les particuliers non membres peuvent également se procurer un rapport moyennant des frais. Comment CarProof se différencie-t-il du RDPRM ? Surtout par le fait que les renseignements contenus dans les rapports sont pancanadiens et ne s’arrêtent pas simplement à la recherche de liens au Québec.

De plus, « nous sommes très fiers d’offrir tous nos services, rapports, documents et site Internet dans les deux langues officielles, et nous sommes la seule compagnie du genre à le faire en français » précise Joe Varkey. Le vice-président associe le succès et la notoriété que possède CarProof au Québec à l’endossement de partenaires comme la CCAQ et l’AMVOQ et en particulier la CAA qui possède plus d’un million de membres dans la province. « La transparence est une autre raison pour laquelle CarProof est reconnue, une qualité qui bénéficie les deux parties ».

Une précieuse information

CarProof offre cinq types de rapports. Le plus complet, CarProof Vérifié, fait état de l’historique des accidents du véhicule avec une chronologie des évènements et de tous les renseignements sur les droits de rétention. Les données sur l’immatriculation, le kilométrage, l’importation, le statut (vol, etc.), l’estimation des dommages, la déclaration d’encan et le rapport de police (s’il y a lieu) sont également fournies ainsi qu’une évaluation, le tout en temps réel. Selon Joe Varkey, au moment de la production du rapport, l’information est vieille de quelques secondes ! « Si le véhicule est déclaré volé, nous l’apprenons dans la minute qui suit! » De plus, si certains renseignements sont manquants, ils seront clairement indiqués sur le rapport.

Afin de bien compléter l’information, les membres ont accès au Centre de ressources situé sur le site Internet de CarProof. Lancé en septembre dernier, le centre propose une foule de renseignements et d’outils, un guide à la compréhension des rapports et des téléchargements gratuits.

Considérée comme une compagnie de données aux intérêts centrés sur les droits et l’historique du véhicule, CarProof met de plus en plus l’accent sur une évaluation juste des véhicules – le plus grand défi de Joe Varkey. Ainsi, « depuis trois ans, nous travaillons sur un nouvel outil qui se base sur la valeur de vente au détail ». Le premier outil sera disponible en début d’année 2015 avec d’autres modules en fin d’année. Également à surveiller, la sortie de « Recon », un outil spécifiquement conçu pour rehausser le degré de confiance lors de l’achat de véhicules d’encans en ligne.

En fin de compte, Joe Varkey n’a qu’un souhait : que les rapports de CarProof soient considérés et intégrés dans toutes les transactions de véhicules d’occasion, tant par les acheteurs, les marchands que par les vendeurs.

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

<