Cravate Groupe Gabriel

Audi Anjou et la cérémonie de la cravate

S’il y a une chose que tout nouveau conseiller des ventes doit savoir en travaillant chez Audi Anjou (et sans doute dans plusieurs autres concessions du Groupe Gabriel), c’est qu’il ne faut pas porter une cravate neuve -et encore moins griffée-, le jour où il réalise sa première vente de véhicule à vie. 

La nouvelle recrue d’Audi Anjou, Eliot Roy, peut en témoigner. Il y a quelques semaines, ce conseiller a vu son directeur lui couper sa cravate devant le client et tout le personnel de la concession.

 

Cérémonie issue de l’aviation

« Cette cérémonie est une tradition qui a vu le jour dans le domaine de l’aviation », explique le directeur général François Thibault. À l’époque, dit-il, les aviateurs portaient des écharpes et leur instructeur, qui s’asseyait sur la banquette arrière de l’avion, tendait la main et tirait sur l’écharpe pour attirer l’attention de l’élève. 

« Lorsque le pilote effectuait son premier vol en solo, l’instructeur coupait le foulard de son élève pour symboliser son accomplissement. En principe, plus la coupe de l’instructeur était près du nœud, meilleur était le pilote à ses yeux. Au fil des années cette tradition a migré au domaine des ventes. 

 

Attention: pas de cravate à 1000$

Aujourd’hui, poursuit François Thibault, cette tradition se perpétue au sein de la concession Audi Anjou. Il tient à préciser que le conseiller ou la conseillère est néanmoins mis au parfum de cette tradition la journée avant la coupe. Ce ne sont donc pas des cravates de grande valeur qui subissent les lames des ciseaux!

Une vidéo de l’avénement en date du 12 novembre est disponible sur la page Facebook de la concession, ici. 

 

 

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page