Les consommateurs au Canada plus frileux à l’achat d’un VÉ que les Américains

 

Encore l’autonomie 

L’anxiété liée à l’autonomie reste un inconvénient : la distance de conduite limitée par charge est citée par 65 % de ceux qui déclarent qu’il est « quelque peu improbable » ou « très improbable » d’envisager un véhicule électrique, contre 44 % des consommateurs américains ayant un niveau de considération similaire.

 

Nos hivers 

Le climat plus froid du Canada joue probablement dans cette réticence, avec 44 % citant la performance de l’autonomie à des températures extrêmes comme un obstacle à la considération.

 

Mieux comprendre les VÉ

Le manque d’information freine encore et toujours l’ardeur des acheteurs. Plus les consommateurs ont d’expérience avec les VE, plus ils sont susceptibles d’envisager un VE. La probabilité de considérer les véhicules électriques n’est que de 15 % parmi ceux qui n’ont aucune expérience avec ces véhicules. Ce nombre grimpe à 22 % parmi ceux qui ont été passagers d’un véhicule électrique et à 42 % parmi ceux qui en ont conduit un. Près de la moitié (49 %) de ceux qui possèdent un VE envisageront un autre VE pour leur prochain achat de véhicule.

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page