Dossier banques AutoMédia

Financement auto: La multiplication des produits

Depuis, la Banque Mercedes-Benz finance un véhicule sur deux de toutes les marques offertes au pays. Son portfolio a ainsi atteint 970 000 véhicules, une croissance de 12 %.

AutoMédia a donc voulu savoir si les fournisseurs de services financiers au Québec s’alignent eux aussi vers de nouveaux services adaptés aux nouvelles tendances.

 

NEXTGEAR CAPITAL

Jerome Dwight, vice-président national, NextGear Capital Canada; directeur services financiers, Cox Automotive Canada.
Jerome Dwight, vice-président national, NextGear Capital Canada; directeur services financiers, Cox Automotive Canada.

En tant que prêteur axé sur la technologie, notre but est l’intégration verticale de toutes les plateformes possibles. Tout ceci dans le but de rendre l’expérience d’achat et de financement des plus conviviales – toutes les opérations en un seul clic!

Avez-vous développé ou êtes en voie de développer des produits spécifiques ?

Nous travaillons toute une panoplie de nouveaux produits pour notamment l’autopartage et les voitures par abonnement. Ce sont des marchés très passionnants pour nous. En tant qu’entreprise financière, ces produits entraînent un certain ajustement dans la façon d’interpréter la valeur de l’actif d’un prêt et sa valeur à terme. Aussi, le risque touche davantage le propriétaire de la flotte que le consommateur. Tout cela représente de nouvelles occasions d’innovation de la part des prêteurs et c’est ce que nous étudions. Dans le cas des voitures électriques, le coût et la rentabilité demeurent à évaluer et nos modèles financiers sont en constante évolution afin de trouver des solutions innovatrices.  

Parallèlement à ces nouveaux produits, avez-vous développé ou êtes en voie de développer de nouveaux services ?

Absolument. Notre but premier est de continuer à offrir la liquidité et le pouvoir d’achat dans ces nouveaux segments afin de proposer des produits avec plus de flexibilité au niveau des termes, plus d’ouverture ainsi que des taux variables. Ce sont autant d’innovations en développement afin de proposer des produits financiers à une nouvelle clientèle.

Traitez-vous le financement d’une voiture achetée en ligne différemment des autres achats effectués chez le concessionnaire ?

Oui, et c’est le segment qui démontre la croissance la plus marquée. Tout récemment, nous nous sommes associés avec trois encanteurs en ligne afin qu’ils soient en mesure d’offrir un financement de taille à leurs acheteurs. Ainsi, nous aimerions pouvoir accroître notre part de marché du financement en ligne. En tant que prêteur axé sur la technologie, notre but est l’intégration verticale de toutes les plateformes possibles. Tout ceci dans le but de rendre l’expérience d’achat et de financement des plus conviviales – toutes les opérations en un seul clic! L’industrie s’engage d’ailleurs dans cette direction!

Quels nouveaux marchés avez-vous dans votre mire ?

Les exportateurs américains connaissent une importante croissance en raison de la faible valeur record du dollar canadien. Puisque l’économie du Canada a toujours été basée sur l’exportation avec plus de 70% de son PIB en export aux États-Unis, nous sommes enthousiastes à poursuivre l’export de nos produits financiers. Nous envisageons le financement du transport et du reconditionnement de véhicules grâce à notre réseau de marques. Nous évaluons également le commerce international et l’exportation là où nous avons déjà une présence.

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page