Equifax Insight Series Auto Canada

Auto Insight Series par Equifax Canada: L’univers du non-prime

 

Robert Karwel est directeur sénior du Power Information Network de la division automobile de J.D. Power.
Robert Karwel est directeur sénior du Power Information Network de la division automobile de J.D. Power

PIN vise dans le mille

Robert Karwel est directeur sénior du Power Information Network de la division automobile de J.D. Power. Les services PIN créent des rapports impressionnants parce que plus de 1200 concessionnaires canadiens y collaborent en détaillant plus de 8 millions de transactions, ce qui fait dire à M. Karwel : « Pour chaque véhicule sur quatre écoulés au Canada, nous savons tout. » Lui aussi a partagé d’intéressantes notes :

  • Oui, les nouveaux véhicules se vendent à des prix records, les gens dépensent, il y a des incitatifs, mais tout ça n’ira sans doute pas plus haut ;

  • La location a commencé à éroder le financement à long terme ;

  • Le prix moyen d’une transaction a grimpé à 33 400$ en 2018 en raison de la popularité des VUS et de l’équipement rehaussé. C’était 30 300$ en 2015 mais 33 500$ en 2017 donc on a atteint un plateau ;

  • Est-ce que les autos deviennent plus coûteuses ? Oui, mais surtout celles de 40 000$ et plus ;

  • Les incitatifs des constructeurs totalisent en moyenne 6 300$ par véhicule. Ça devient un problème pour les marques de luxe qui introduisent des modèles d’entrée de gamme, créant de la pression sur les profits des constructeurs ;

  • Pour la première fois depuis 2008, les prêts à long terme (84 mois et plus) diminuent, de 55,2% en 2017 à 51,1% en 2018. Raison : la location ;

  • C’est au Québec que l’on retrouve le moins de longs termes. On retrouve 30% de location au Canada mais 43% au Québec, ce qui modifie notre financement ;

  • Les prêts de 48 mois (41,9%) sont dominants mais glissent de plus en plus vers les 60 mois (31,2%). Ces 60 mois se retrouvent en proportion de 33,6% au Québec contre 40,4% dans les Prairies et 39,6% dans les provinces de l’Atlantique ;

  • Payer aux 2 semaines : la nouvelle tendance ! Il y a 5 ans, c’était 11% des clients ; aujourd’hui, c’est 28% ;

  • Est-ce que le 0% financement disparaîtra en 2019 ? Non, mais il sera moins fréquent et applicable sur les plus longs termes. En 2016, 45% des prêts se situaient entre 0% et 0,9%; en 2018, c’est 34% ;

  • Moyenne des paiements sur 84 mois de 2014 à 2018 : 370$ à 426$ pour les autos et 593$ à 649$ pour les camions. La moyenne 60 mois en 2018 est de 391$ pour les autos et 559$ pour les camions ;

  • Le nombre d’échanges à la concession est stable mais les équités négatives montent encore (45%). JD Power parle d’une « balloune » moyenne de 7 000$, ce qui n’est pas bon. Le Québec s’en tire mieux avec une moyenne de 5 227$.

 

Panel Equifax Insight Series Auto
Ilia Troitschanski, président d’Axis Auto Finance, Howard Thompson, v.-p., produits, stratégies et service à la clientèle chez TD Auto Finance, Paul Stock, v.-p., originations de prêts chez AutoCapital Canada, John Hiscock, v.-p. chez Scotia Dealer Advantage, et Sean Garrett, v.-p., originations chez iA Auto Finance

Discussions entre experts

Le séminaire s’est poursuivi avec cinq panélistes et un modérateur pour discuter de l’avenir du non-prime.

 

Un sondage a révélé que 89% des Canadiens sont disposés à acheter une auto en ligne. Comment adapter le non prime à cette tendance ? « En faisant disparaître toute friction potentielle en ligne, en pré-acceptant le client pour le remettre au concessionnaire de manière rassurante », a dit John Hiscock. « Amenons toutes les pièces du casse-tête en ligne et ça pourra se faire avec le non prime », a renchéri Howard Thompson. « Equifax a un rôle d’éducateur. Les Américains et les Canadiens n’ont pas la même attitude vis-à-vis leur rapport de crédit », a rappelé Paul Stock.

 

À la question de l’automatisation qui se fraie de plus en plus un chemin à travers l’industrie automobile, Sean Garret a fait remarquer que « l’automatisation est une bonne chose mais que le non-prime requerra toujours une touche humaine. » Et John Hiscock d’ajouter : « Le défi dans le non prime, c’est la vérification des revenus du client. Il y a des aspects qu’on peut imiter avec une machine mais pas tous. » Pour Ilia Troitschanski, il ne fait pas de doute que l’automatisation efficace ne se produira pas avant 5-6 ans et « encore, une partie de la technologie manquera. ». Enfin, Howard Thomson croit que « l’automatisation faciliterait la collection. »

 

Lisa Nelson Equifax
Lisa Nelson, présidente d’Equifax Canada

Conclusion

Après avoir joliment remercié ses conférenciers et invités, Lisa Nelson, présidente d’Equifax Canada, a conclu avec ces mots : « Vous verrez qu’Equifax est beaucoup plus qu’un collecteur de données. Nous allons vous surprendre avec notre perspicacité du marché. »

 

Partagez l'article

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

Retour haut de page