Loi 104: la CMAC et l’ACCV sont hautement préoccupées

Loi 104: la CMAC et l’ACCV sont hautement préoccupées

L’association des Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada (CMAC), qui défend les intérêts canadiens de 15 des fabricants automobiles dont Hyundai, KIA, Volkswagen, Mazda et Toyota, notamment, a fait valoir en début de journée ses préoccupations sur les nouveaux règlements prépubliés par le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques portant sur la loi n°104, la Loi visant à augmenter le nombre de véhicules automobiles zéro émission au Québec afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et autres polluants.

Selon l’association, l’industrie automobile a fourni des recommandations au gouvernement tout au long de l’élaboration de la réglementation, mais malheureusement ces recommandations n’ont pas été retenues dans la dernière version.

L’ACCV, qui représente FCA Canada inc., Ford du Canada Limitée et General Motors du Canada Limitée a également fait valoir par le biais d’un communiqué que certains « enjeux font en sorte que la mise en oeuvre sera problématique sur le territoire québécois et aura des conséquences négatives tant pour les consommateurs que pour les concessionnaires de véhicules neufs, tout particulièrement dans les régions rurales. »

« Nous respectons le droit du Gouvernement de Québec pour présenter une telle législation tout comme nous respectons et soutenons l’objectif principal de la législation et de ses règlements, soit la réduction d’émissions de gaz à effet de serre provenant des véhicules de promenade au Québec. Cependant, les membres des Constructeurs  ne sont pas d’accord avec la prémisse que la loi 104 augmentera de façon importante l’introduction de véhicules zéro émission au Québec. Au contraire, face à une demande limitée de VZE au Québec, cette loi causera des distorsions dans le marché qui nuiront aux consommateurs du Québec et des concessionnaires automobiles et retarderont également l’objectif réel de réduire les émissions de carbone au Québec » mentionne David Adams, le Président des Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada.

« Nous sommes très préoccupés que même avec des règlements des plus flexibles du côté de l’offre, Québec ne peut pas atteindre ces objectifs sans accélérer dramatiquement tant les investissements que le déploiement d’infrastructures de recharge pour les VZE», a ajouté M. Adams. « De plus, il est absolument essentiel que le gouvernement maintienne des incitatifs compétitifs à long terme pour stimuler la demande des consommateurs, » a-t-il ajouté.

Les règlements découlant de la loi n°104 sont dans une période de commentaires de 45 jours.

Catégories: Industrie

À propos de l'auteur

écrire un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas dévoilée
Les champs requis sont indiqué*